Société suisse de la sclérose en plaques

Symposium SEP "State of the Art": La phase précoce de la sclérose en plaques

    Zurich (ots) -  Le 8ème symposium "State of the Art" a eu lieu le samedi 21 janvier 2006 à la Salle des Congrès de Lucerne en présence d'experts européens renommés de la SEP. Ce congrès spécialisé sur la sclérose en plaques a réuni une centaine de neurologues praticiens ainsi que des professionnels médicaux du domaine de la SEP. L'accent de cette rencontre a été mis sur la phase précoce de la sclérose en plaques. Le symposium de la Société suisse de la sclérose en plaques était dirigé par le Prof. Jürg Kesselring de Valens et le Prof. Ludwig Kappos de Bâle.

    Environ 80 pourcent des personnes confrontées au diagnostic de sclérose en plaques (SEP) sont de jeunes adultes âgés entre vingt et quarante ans. Le diagnostic représente un bouleversement important dans la vie des personnes touchées, les obligeant à redéfinir leurs projets tant professionnels que privés. Si les premiers signes d'une sclérose en plaques sont établis rapidement, les possibilités de traitement permettent au médecin et au patient de retarder la survenance de handicaps persistants. Le 8ème "State of the Art" a mis en lumière cette phase précoce et critique:

    - Le diagnostic SEP est déstabilisant à bien des points de vue pour les jeunes personnes touchées. Regine Strittmatter (Société SEP) indique comment la SEP peut avoir des conséquences sur la recherche de son identité, la vie de couple et la sexualité, le désir d'enfant de même que sur la formation et l'activité professionnelle. Le travail est un facteur  important pour faire face à la SEP. C'est pourquoi l'information, le conseil et l'accompagnement sont essentiels dans la phase précoce de la maladie.

    - Chris Polman (Amsterdam, NL) a présenté les critères McDonald pour le diagnostic de la SEP, revus en 2005. Les nouvelles révisions ont été élaborées par un groupe de travail international. Elles simplifient et accélèrent le processus d'évaluation des patients, sans toucher à la sensitivité et à la spécificité du diagnostic.

    - Des foyers inflammatoires actifs du système nerveux dans la phase précoce révèlent des modèles de tissus différents; tout dépend des processus inflammatoires en cause. Christine Stadelmann (Göttingen, D) analyse ces "lésions précoces" au moyen de méthodes immuno-pathologiques afin d'éclairer les mécanismes pathologiques exacts de la sclérose en plaques.

      - Achim Gass (Hôpital universitaire de Bâle) a présenté des
résultats d'examens en résonance magnétique (IRM) de patients
atteints du "Clinically isolated syndrome", soit d'un symptôme issu
d'une seule lésion inflammatoire indiquant une probable SEP. Il est
très difficile dans ces cas de prévoir l'évolution de la maladie et
par conséquent de décider d'un traitement. S'agit-il vraiment d'une
sclérose en plaques? Un traitement est-il justifié pour une SEP avec
une "évolution favorable"?

    - Ludwig Kappos (Hôpital universitaire de Bâle) a donné un aperçu des études cliniques de la SEP et des CIS dans la phase précoce. Les résultats des études cliniques avec l'interféron bêta indiquent qu'un traitement dès les premiers signes cliniques (CIS) est profitable: le risque de développer une SEP certifiée cliniquement dans les deux années suivantes a pu être réduit de 35 à 50%.

    L'après-midi, les participants, répartis en quatre ateliers, ont discuté des thèmes suivants: (1.) le rôle des troubles cognitifs en début de maladie (Myriam Schluep, Lausanne; Iris Katharina Penner, Bâle), (2.) cas difficiles relatifs aux examens de résonance magnétique (Ernst Wilhelm Radü, Bâle; Norbert Goebels, Zurich), (3.) traitements alternatifs aux immuno-modulateurs (Carmen Lienert, Berne et Karsten Beer, St Gall) et (4.) l'utilisation de méthodes immunologiques et moléculaires pour l'évaluation des patients SEP (Renaud Du Pasquier, Lausanne; Jens Kuhle, Bâle).

    Vous trouverez un résumé des exposés en anglais sous http://www.ms.state-of-the-art.ch/program.html

    Quelque 10'000 personnes sont atteintes de sclérose en plaques (SEP) en Suisse. Cette maladie chronique du système nerveux central, qui reste à ce jour incurable, se manifeste par des lésions inflammatoires disséminées des gaines et des fibres nerveuses. Les symptômes qui en résultent, par exemple les troubles de la vue ou les parésies, varient en fonction de la répartition des lésions. Chaque fonction du corps peut être touchée. La SEP frappe essentiellement les jeunes adultes entre 20 et 40 ans, dont les deux tiers sont des femmes.

    Le 8ème symposium "State of the Art" a été soutenus par Sanofi-Aventis, Schering (Suisse) SA, Biogen-Dompé et Serono Pharma Suisse.

ots Originaltext: Société suisse de la sclérose en plaques
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Annemarie Bürgi
relations publiques
Société suisse de la sclérose en plaques
Tél.      +41/43/444'43'34
E-Mail: abuergi@multiplesklerose.ch

Patricia Monin
Responsable des relations publiques,
Société suisse de la sclérose en plaques
Tél.         +41/43/444'43'30
E-Mail:    pmonin@multiplesklerose.ch
Internet: http://www.sclerose-en-plaques.ch



Ces informations peuvent également vous intéresser: