The Ruth Group

Déclaration de Milan Panic à propos de la fin de l'aide à la Yougoslavie le 31 mars

    Washington, DC (PRNewswire) - Dans un appel pressant lancé à l'administration Bush afin qu'elle poursuive les mesures d'aide à la Yougoslavie, Milan Panic, ancien premier ministre de la Yougoslavie et actuellement président du conseil et directeur général d'ICN Pharmaceuticals, Inc., a émis aujourd'hui la déclaration suivante :

    "Je souhaite inciter l'administration Bush à certifier que la Yougoslavie coopère avec le Tribunal des crimes de guerre de La Haye. Une telle décision justifiera un mandat du Congrès et permettra à l'aide économique de parvenir jusqu'en Yougoslavie."

    "Je vais reprendre ci-après les propos que j'ai adressés aux représentants de l'administration Bush et aux membres du Congrès la semaine dernière à Washington : 'La certification constitue une bonne décision pour la Yougoslavie, les Etats-Unis et l'Europe, ainsi que pour l'avenir de la démocratie et du développement économique dans les Balkans.'

    'La certification apparaît comme une mesure tout à fait appropriée. Les gouvernements de la Yougoslavie et de la Serbie ont accompli des progrès considérables quant à l'établissement de la démocratie dans un territoire qui en avait été dépourvu pendant soixante ans. De plus, ils ont procédé à l'arrestation de l'ancien directeur de la police d'Etat, Rade Markovic, et d'autres dirigeants importants lors de l'établissement des preuves contre Slobodan Milosevic et des membres influents de son entourage. D'ailleurs, le Tribunal a ouvert un bureau à Belgrade qui est en contact avec des témoins de la Serbie.'

    'Bien que ces interventions puissent s'avérer insuffisantes à la lumière d'une interprétation stricte de la loi, prendre la décision de ne pas certifier comme positifs les efforts de la Yougoslavie irait non seulement à l'encontre de l'esprit de la loi, mais aurait aussi d'énormes répercussions en Yougoslavie, en Macédoine et dans l'ensemble de la région.'

    'Cela reviendrait à encourager les extrémistes albanais armés actifs en Serbie et en Macédoine, à éroder les gouvernements démocratiques naissants de la Serbie et de la Yougoslavie, ainsi qu'à renforcer la mainmise des forces pro-Milosevic. En définitive, une décision négative équivaudrait à un désastre.'

    'Pour avoir bien connu Slobodan Milosevic, personnage dont j'abhorre les crimes, je comprends parfaitement le désir de la plupart des Américains de voir que lui et d'autres dans son genre sont emmenés devant la justice pour aboutir au Tribunal de La Haye. Je suis fermement convaincu que cela se produira. Le monde entier l'exige, et les victimes, aussi bien en Yougoslavie que dans toute la péninsule des Balkans n'en méritent pas moins.'

    'En fait, la coupure de l'aide par l'administration ne rendrait pas plus proches l'arrestation et le procès de Milosevic. Au contraire, ce serait politiquement beaucoup plus difficile pour les gouvernements yougoslaves et serbes de le traduire en justice. Entre-temps, la Macédoine pourrait traverser une période de violence et de bouleversements politiques. Ce ne sont certainement pas là les résultats que l'administration et le peuple américain souhaitent obtenir.' "

ots Originaltext: The Ruth Group
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Barry Toiv, +1 (202) 530-4696, pour The Ruth Group



Plus de communiques: The Ruth Group

Ces informations peuvent également vous intéresser: