ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Le transport routier couvre ses coûts externes - et il existe encore des possibilités d'amélioration grâce à l'aménagement des routes

Bern (ots) - Selon les derniers chiffres de la Confédération, le transport routier couvre une large part de ses coûts sachant que dans ce relevé, les coûts des embouteillages qui, selon le Tribunal fédéral, comptent comme coûts externes, sont également pris en compte. Or, selon la pratique internationale et l'opinion majoritaire des milieux scientifiques, les coûts relatifs aux embouteillages n'ont pas à être intégrés dans le calcul. En effet, les bouchons sont le plus souvent le fruit de manquements politiques en matière d'aménagement approprié des routes. Dans l'intérêt de l'économie et de la population ainsi que de la qualité de l'air, l'Association suisse des transports routiers ASTAG exige donc une modernisation globale rapide du réseau routier.

L'Office fédéral du développement territorial ARE a publié ses derniers chiffres sur les coûts externes des transports. Il a également dû constater à cette occasion que le transport routier couvre «une large partie» des coûts qu'il cause à la collectivité. Aucun autre mode de transport ne peut présenter un résultat aussi positif.

Or, pour l'Association suisse des transports routiers ASTAG, une chose est claire: les résultats du transport routier sont en fait encore meilleurs puisque les chiffres de la Confédération comportent également les «coûts des embouteillages», qui, selon l'arrêt définitif du Tribunal fédéral dans le procès sur la hausse 2008/2009 de la RPLP, doivent également être considérés comme coûts externes, à l'inverse de la pratique internationale (directive relative à l'euro-vignette) et de l'opinion largement majoritaire des milieux scientifiques où on renonce à intégrer les coûts inhérents aux embouteillages. En Suisse par contre, et suite à une décision judiciaire, des coûts beaucoup trop élevés sont imputés au transport routier aux dépends en fin de compte de l'économie et des consommateurs. Concrètement parlant: le résultat positif de l'étude de l'ARE est falsifié.

Coûts des embouteillages dus aux manquements politiques

Force est de constater que les bouchons sont surtout le fait de manquements au niveau de la politique. Durant des années, les aménagements nécessaires de l'infrastructure routière ont été négligés. Or, il est urgent d'agir pour éliminer les goulets d'étranglement dont les conséquences sont des bouchons et des obstacles créés par l'Etat. Sans oublier la pollution de l'air qui augmente immanquablement suite à ce flux de trafic très saccadé avec de nombreux Stop-and-Go. En résumé: des coûts sont provoqués inutilement et la qualité de l'air souffre uniquement du fait d'une infrastructure routière qui ne répond plus depuis longtemps aux exigences.

L'ASTAG exige donc formellement la modernisation rapide et complète de tout le réseau routier. «La route a besoin d'un programme d'aménagements substantiels respectivement d'un véritable programme de désengorgement», selon le président central Adrian Amstutz qui ajoute: «C'est le seul moyen pour abaisser des coûts des embouteillages malencontreux et dommageable pour l'économie et pour apporter une contribution effective à l'amélioration de la qualité de l'air»

Contact:

André Kirchhofer
031 370 85 21



Plus de communiques: ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Ces informations peuvent également vous intéresser: