ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Poussières fines - Les interdictions de circuler et les chicanes n'apportent aucune amélioration

    Bern (ots) - Selon une nouvelle étude, les restrictions du transport routier par l'entremise d'interdictions de circuler sectorielles ou de systèmes de dosage ne permettent visiblement pas de résoudre la problématique des poussières fines. Ainsi, et malgré une fermeture de deux mois du tunnel du Gothard en automne 2001 après un grave accident, la pollution due aux poussières fines n'a pas diminué de façon notable. La situation météorologique est donc décisive pour la qualité de l'air. D'autres mesures coercitives comme par exemple l'introduction d'une bourse du transit alpin ne sont donc pas aptes à répondre à l'objectif de protection de l'environnement.

    Des interdictions de circuler partielles et des chicanes ne représentent pas un moyen efficace pour diminuer la pollution par les poussières fines. Telle est la conclusion d'une étude actuelle sur la fermeture de deux mois du tunnel du Gothard après le grave accident de l'automne 2001. Cette étude prouve que le trafic lourd n'est que très marginalement responsable des poussières fines le long des axes de transit.  L'importance de la pollution en terrain ouvert dépend en premier lieu de la situation météorologique.

    Malgré le fait que dans les régions urbaines les émissions de poussières fines sont plus importantes qu'à la campagne, la pollution est répartie partout de façon pratiquement uniforme. La situation au Gothard en automne 2001 le prouve: malgré une fermeture de deux mois du tunnel pour le trafic de transit, les émissions de poussières fines sont restées pratiquement inchangées! Cela permet de constater que la part du chauffage au bois dans les émissions de poussières fines, particulièrement dans les vallées alpines, est massivement plus élevée que ce que l'on avait admis jusqu'alors.

    Les interdictions de circuler et le contingentement sont sans effet

    Des interdictions générales et surtout des interdictions partielles de circuler ainsi que toutes autres chicanes ne contribuent pas à réduire la pollution due à des poussières fines; elles sont dès lors superflues.

    Dans l'ensemble, ces nouvelles conclusions discréditent une fois de plus les instances administratives et leurs statistiques trop souvent mises au service d'une légitimation des chimères politiques.

Contact: ASTAG Association suisse des transports routiers Michael Gehrken Weissenbühlweg 3 3007 Berne Tél. 031 370 85 24



Plus de communiques: ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Ces informations peuvent également vous intéresser: