ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Chutes de pierres à Gurtnellen: ASTAG exige un plan de mesures efficace pour les situations de crise

Berne (ots) - L'Association suisse des transports routiers ASTAG est surprise et mécontente du comportement peu coordonné des autorités fédérales après les chutes de pierres à Gurtnellen. Le chaos qui s'est produit sur les axes de transit après cet évènement regrettable montre une fois de plus que les autorités fédérales n'ont manifestement pas tiré les enseignements de l'accident qui s'est produit au Gothard en 2001. Comment expliquer autrement le fait que les mesures d'incitation du trafic ont de nouveau échoué et que les cantons qui ont réagi avec un grand engagement se trouvent seuls à devoir gérer la situation. L'approvisionnement intérieur et les chauffeurs suisses sont les premiers à en pâtir. En raison des jours fériés qui commenceront en partie demain, ils se trouvent immobilisés en Italie ou au San Bernardino. L'ASTAG exige par conséquent la mise en oeuvre de nouvelles mesures. Les autorités fédérales avaient réagi à l'accident tragique dans le tunnel du Gothard en 2002 par des annonces de mesures en grand nombre. Le trafic lourd à travers les Alpes a immédiatement fait l'objet d'un dosage. Le DETEC annonçait parallèlement une coordination internationale améliorée et une gestion des transports étendue pour faire face à des cas similaires. D'entente avec les pays voisins, il était prévu d'élaborer des plans de gestion des transports pouvant au besoin être mis en application avec effet immédiat. Mais force est de constater que, sur le plan fédéral, rien n'a apparemment été entrepris dans ce domaine, bien que l'accord sur les transports terrestres prévoie des mesures d'urgence en cas de perturbations graves du trafic dues à des cas de force majeure. On ne peut s'empêcher de penser que les autorités fédérales ne s'intéressent aux accords internationaux que dans la mesure où ils permettent de "chicaner" le trafic des poids lourds. Depuis hier, l'ensemble du trafic est immobilisé sur la route du San Bernardino. Le trafic des poids lourds en transit en provenance de l'étranger a été arrêté et l'est encore à l'heure actuelle au lieu d'être dévié à une grande échelle. Les premiers à en pâtir sont les automobilistes qui doivent également attendre pendant des heures. Comme les embouteillages du trafic et le chaos qui s'en est suivi ont été accompagnés par un chaos d'informations et de coordination, on se contente de diriger le trafic intérieur vers des zones d'attente. C'est pourquoi l'approvisionnement intérieur sur l'axe nord-sud s'est effondré. Une réaction à court terme et des mesures à long terme s'imposent Pour pouvoir atténuer cette situation avant demain vendredi qui est un jour férié en Italie et avant le trafic de vacances qui s'approche, l'ASTAG demande à la Confédération d'entrer immédiatement en action: - Compte tenu de la situation sur la route du San Bernardino, le trafic de transit international doit être dévié immédiatement à partir de Bâle par la Suisse romande (Simplon, Grand St. Bernhard). - Le trafic de transit international doit par ailleurs aussi être dévié via le col du Julier. - Le chantier dans le tunnel du San Bernardino doit être supprimé aujourd'hui encore de manière à ce que le trafic des poids lourds en direction du Nord, qui se trouve dans un embouteillage à Chiasso-Brogeda, puisse passer plus vite. - Pour assurer l'approvisionnement intérieur, il convient de prendre des mesures urgentes: la limitation actuelle du poids au col du Lukmanier doit être passagèrement supprimée pour le trafic intérieur (trafic S) et dès que les routes (A2 et route cantonale) près de Gurtnellen seront de nouveau praticables, il faudra également envisager une suppression de la limite du poids au col du Gothard. Au besoin, il faudra diriger également le trafic voyageurs via le col. - Pour que les chauffeurs du trafic international puissent rentrer chez eux encore avant les jours fériés, il faut supprimer avec quelques restrictions l'interdiction de rouler de nuit. On ne saurait tolérer que l'on se contente de "garer" les chauffeurs, qu'ils soient suisses ou étrangers! Dans l'ensemble, cet accident regrettable sur l'A2 a montré une fois de plus que ce sont en premier lieu les chauffeurs et la Suisse qui pâtissent des conditions qui règnent au Gothard. En dehors du trafic, l'approvisionnement intérieur fait en effet l'objet de fortes restrictions. C'est pourquoi il faudra peut-être envisager sur le long terme d'autres mesures qu'une "gestion permanente des embouteillages" ! Association suisse des transports routiers ASTAG Michael Gehrken Weissenbühlweg 3 3007 Berne Tél. +41/31/370'85'24

Plus de communiques: ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Ces informations peuvent également vous intéresser: