Un premier pas vers la sécurité et des perspectives

   

    Berne (ots) - L'Association suisse des transports routiers pense que les résultats de la deuxième table ronde constituent un premier pas dans la bonne direction: sécurité et ouvrent des perspectives. On s'accorde à penser que le système de dosage ne fonctionne pas sous sa forme actuelle. La réglementation annoncée sous forme de "compte-gouttes" avant et après le Gothard devra être testée sur le plan pratique. L'ASTAG y participera de manière constructive et attend en contrepartie l'adoption rapide du nouveau système, une amélioration de la fluidité du trafic et en définitive une sécurité routière accrue.

    A présent, plus personne, pas même le Département Leuenberger le nie et un consensus a été obtenu lors de la deuxième table ronde sur ce point: le système de dosage avec le trafic à sens unique pour les poids lourds a échoué. Sa suppression rapide est en vue et cela après que les chauffeurs, transporteurs, branches économiques, automobilistes et riverains des points de dosage aient en partie essuyé de nombreux revers et subi de grandes pertes financières.

    Cela signifie que l'on laissera à nouveau les camions traverser le tunnel routier du Gothard dans les deux sens. Un système limitant le trafic lourd, tel un compte-gouttes, est censé garantir que le tunnel ne soit pas engorgé par le trafic. L'ASTAG est prête à participer de manière constructive à l'essai de cette nouvelle réglementation, sachant que de nombreuses questions restent ouvertes. L'association s'attend à ce que les délais d'attente diminuent et que la fluidité du trafic soit améliorée. Elle est convaincue qu'en définitive, la sécurité va être accrue et cela non seulement parce qu'on s'attend à ce que le trafic de contournement par d'autres routes alpines plus dangereuses diminue, mais aussi parce qu'en comparaison au statu quo ante, une distance minimale de 150 mètres sera prescrite entre les camions et que la  signalisation sera optimisée et parce qu'un système d'aération plus performant sera mis à disposition. Pour augmenter la sécurité routière, l'ASTAG accepte aussi des contrôles policiers plus intensifs qui ne doivent toutefois pas devenir chicaniers.

    Le président central de l'ASTAG Carlo Schmid-Sutter a constaté qu'il n'est pas encore possible à l'heure actuelle d'émettre des pronostics sur le fonctionnement et le succès du "compte-gouttes". Mais on est heureux de savoir que la suppression du système de dosage actuel, qui a montré qu'il n'est pas praticable, soit en vue. Cela permet de troquer une insatisfaction complète contre une insatisfaction moyenne. Le Conseil des Etats a rappelé la tâche importante du transport routier qui consiste à assurer l'approvisionnement de notre pays et l'enlèvement des déchets, tâche que les transporteurs doivent et veulent assumer.

    L'ASTAG aurait aussi été prête à tester immédiatement le système dit du compte-gouttes. Le temps de répit pendant les vacances de l'économie italienne, le Ferragosto, se prêterait bien pour tester le nouveau système. Il est regrettable que les travaux sur le système d'aération du tunnel routier du Gothard n'aient toujours pas été effectués.

    Les facilités accordées aux trafic intérieur suisse doivent être accordées en fonction de la proportionnalité, mais elles supposent une séparation physique du restant des transports. Dans le trafic en mouvement, cela s'avère impossible. Un tel tri pose aussi des problèmes à partir d'une colonne de véhicules à l'arrêt dans un embouteillage. Pour les périodes d'embouteillage, il faut par conséquent impérativement installer des places en dehors de l'autoroute. Celles-ci font toujours défaut. L'ASTAG approuve le fait que le Conseiller fédéral Moritz Leuenberger demande aux cantons d'entreprendre les démarches nécessaires.

    L'Association suisse des transports routiers soutient la politique de transfert du trafic de marchandises de la route au rail, telle que la demande la Constitution : le trafic de marchandises traversant les Alpes d'une frontière à l'autre, à savoir le trafic de transit, a sa place sur le rail. En revanche, il est insensé de contraindre le trafic intérieur suisse de prendre le rail, ce qui demande beaucoup de temps, n'apporte aucun gain en matière de protection de l'environnement et coûte de lourdes subventions. Notre politique des transports ne doit pas avoir pour effet que les trafics indigènes à courte distance soient déplacés sur le rail afin de laisser l'axe du Gothard au trafic international à longue distance.

ots Originaltext: ASTAG
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Association suisse des transports routiers ASTAG
Beat Keiser
Porte-parole vis-à-vis des médias
Weissenbühlweg 3
3007 Berne
Tél.    +41/31/370'85'70
Mobile +41/79/653'89'35