ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Une ouverture illimitée du tunnel routier du Gothard est exigée

Situation de départ

    Berne (ots) - La situation du trafic au Gothard est chaotique, catastrophique et intolérable. Le système de dosage du trafic au Gothard ne fonctionne pas. Il engendre des embouteillages bien au-delà des durées prédites par la Confédération. Les chauffeurs se trouvent parfois immobilisés pendant plus de 5 heures dans le froid le long de l'autoroute, sans pouvoir s'approvisionner en nourriture et sans pouvoir bénéficier de mesures sanitaires. Cela occasionne d'énormes dommages à la branche des transports, à l'économie suisse et notamment à celle du canton du Tessin. C'est la politique suisse des transports qui est à l'origine de ce chaos inimaginable pour notre pays. Elle a attiré dans notre pays un trafic de transit continental supplémentaire en anticipant la mise en application de l'accord sur les transports terrestres de manière non coordonnée au niveau des délais, sans assurer simultanément un transfert performant du trafic de la route au rail. Ce sont les conducteurs, transporteurs, des parties de l'économie et le canton du Tessin qui doivent pâtir de cette politique erronée.

    Lors de sa séance d'aujourd'hui, le Comité central de l'Association suisse des transports routiers ASTAG a dû se pencher sur cette situation intolérable.

    Limitation dans le temps des mesures de dosage

    L'ASTAG a accepté les mesures de dosage au mois de décembre de l'année passée déjà, en faisant confiance à l'entretien qui a eu lieu à l'occasion d'une conférence avec le chef du DETEC qui a assuré alors que ces mesures de dosage étaient prises «jusqu'à nouvel ordre», tant que la sécurité du tunnel n'était pas rétablie au moyen de mesures au niveau de la construction. On pouvait donc en toute bonne foi supposer qu'une fois que les mesures de sécurité requises seraient prises, on pourrait de nouveau circuler dans le tunnel routier du Gothard dans les deux sens.

    L'ASTAG demande au Conseil fédéral de respecter cette promesse et de mettre un terme aux mesures de dosage lorsque la sécurité du tunnel sera rétablie. Cela est parfaitement légitime et défendable. Les experts s'accordent en effet à penser que le tunnel routier du Gothard est un des tunnels routiers les plus sûrs d'Europe. Le DETEC partage manifestement ce point de vue. Comment expliquer autrement que le trafic voyageurs, qui présente en partie une largeur de véhicules identique à celle des camions, mais qui comporte un potentiel de risque plus grand, ne soit pas concerné par les mesures de dosage et qu'il soit autorisé dans d'autres tunnels au volume de transport plus grand, tels que par exemple au tunnel de Belchen, de circuler en croisant des trains routiers sur l'autre voie. La sécurité routière n'est pas un argument honnête, mais elle n'est qu'un prétexte.

    Optimisation des mesures de dosage

    Pour atténuer cette situation intolérable, il faut dans un premier temps optimiser les mesures de dosage dans le but d'assurer immédiatement la capacité promise lors de l'introduction des mesures de dosage, à savoir 3700 camions journaliers. A l'heure actuelle, cette capacité est de quelques 2000 véhicules seulement. Cette optimisation devra avoir été réalisée d'ici à la fin du mois.

    Ouverture du tunnel au trafic dans les deux sens

    L'ASTAG demande que d'ici au printemps 2002 au plus tard, les travaux de sécurité au tunnel du Gothard soient terminés afin que le tunnel puisse être rouvert à tous les véhicules dans les deux sens de circulation. L'ASTAG signale que, dans l'optique de la sécurité routière, le Gothard est sur de longs trajets la solution optimale. Certaines routes alpines que le trafic est actuellement obligé d'emprunter pour contourner le Gothard représentent un potentiel de risque nettement plus grand. Le rail ne constitue pas une alternative viable, en raison notamment des durées de transport trop longues, d'une manque de qualité et de la hauteur angulaire limitée des tunnels ferroviaires.

    Mesures d'amélioration

    La situation actuelle entrave de manière inacceptable le trafic intérieur suisse notamment. Il appartient à la Confédération de prendre les mesures destinées à atténuer ces conditions intolérables pour la branche des transports et l'économie. D'ici à l'ouverture du tunnel du Gothard au trafic dans les deux sens, le Conseil fédéral doit examiner et mettre en application des mesures qui éliminent la discrimination du trafic suisse. Ce n'est pas à l' ASTAG de s'acquitter des tâches du Conseil fédéral et ce dernier dispose par ailleurs apparemment de relations brillantes avec les ministres européens des transports et devrait donc pouvoir trouver aisément une solution à court terme à ce problème. Rappelons simplement les possibilités suivantes: diriger le trafic Nord-Sud via le Gothard et le trafic Sud-Nord via le San Bernardino, en quelque sorte comme dans un giratoire.

    L'ASTAG va formuler ses revendications au Parlement à l'occasion de sa session de mars.

    Mesures d'accompagnement

    En guise de mesures d'accompagnement, l'ASTAG revendique une fois de plus l'aménagement de places de parc en dehors de l'autoroute A2 avec des possibilités pour les conducteurs de se restaurer. Dans l'intérêt du trafic individuel, il faut détendre la situation avant que n'arrive le trafic de Pâques des voitures de tourisme. Les aires de retenue sur l'A2 doivent être vidées quotidiennement. De plus, les contrôles de la capacité de conduire des chauffeurs et des camions doivent être intensifiés.

    Autres mesures

    L'Association suisse des transports routiers offre à ses membres une assistance juridique pour leurs revendications de dommages intérêts vis-à-vis des pouvoirs publics.

    L'ASTAG prend connaissance des mesures que des associations de transports étrangères comptent prendre. Ce seraient de nouveau les transporteurs suisses obligés de quitter la Suisse pour le trafic d'exportation ou d'entrer en Suisse pour le trafic d'importation qui seraient frappés par ces mesures. A ce niveau aussi, les chauffeurs, transporteurs et une partie de l'économie suisse doivent payer le prix d'une politique des transports erronée qui a échoué.

    L'ASTAG a mis en place une commission qui est chargée d'examiner et de préparer d'autres mesures allant plus loin.

ots Originaltext: ASTAG
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
ASTAG Association suisse des transports routiers
Beat Keiser
Weissenbühlweg 3
3000 Berne 14
Tél.: +41-(0)31-370'85'70
Mobile: +41-(0)79-653'89'35

L'ASTAG représente un chiffre rond de 4'400 entreprises de transport
routier. Ces dernières offrent d'appréciables prestations de service
pour le transport de biens et de personnes avec des camions, des
autocars et des taxis. Elles emploient en Suisse plus de 175'000
personnes.



Plus de communiques: ASTAG Schweiz. Nutzfahrzeugverband

Ces informations peuvent également vous intéresser: