Eidg. Zollverwaltung

"La sécurité - un produit aux perspectives d'avenir"

      Berne (ots) - 19 déc 2002 (AFD) 89 aspirantes et aspirants de
douane ont reçu aujourd'hui, à la basilique d'Arlesheim, leur acte
de nomination. La cérémonie s'est déroulée en commun pour les
futur/es gardes- frontière des trois régions linguistiques. Cette
fête a été assombrie par le meurtre survenu récemment au Tessin.

    "Nos gardes-frontière doivent être polyvalents: tout à la fois spécialistes de la sécurité, policiers et percepteurs compétents, ils doivent aussi constituer une sorte d'enseigne amicale dans la mesure où ils assument le premier contact des visiteurs étrangers avec notre pays." C'est ainsi que Rudolf Dietrich, Directeur général des douanes, a esquissé dans son discours aux aspirants le profil d'exigences des gardes-frontière. On a essayé de tenir compte de ce profil durant l'année de formation. Il s'est dit heureux de pouvoir remettre cette année leurs diplômes aux aspirantes et aspirants des trois langues officielles. Cela montre la variété de notre pays - une richesse que nous ne saurions assez souligner.

De bonnes conditions

    A l'heure actuelle, il est beaucoup question de l'avenir du Corps des gardes-frontière. Le Directeur général a précisé: "Le Conseil fédéral négocie avec l'UE au sujet d'une adhésion à l'accord de Schengen. Cela signifierait la suppression des contrôles frontaliers sous leur forme actuelle. Le contrôle des personnes ne pourrait plus être effectué à la frontière mais uniquement dans l'espace frontalier. En même temps, nous devrions cependant toujours contrôler les marchandises transportées par les voyageurs, cela tant que la Suisse n'est pas membre à part entière de l'UE." Il est clair que la criminalité internationale ne peut être combattue que par la coopération internationale. La connexion à des systèmes de renseignements pourrait par conséquent amener des avantages, mais seulement si l'on peut également intervenir sur la base de ces informations. Et pour cela il faut des forces de sécurité: "Pour cette raison, nous nous engageons fermement pour que la Suisse conserve un organe de sécurité dans l'espace frontalier, même en cas d'adhésion à Schengen." Certes, les cantons se sont prononcés contre un tel organe fédéral, mais le Conseil fédéral considère que rien n'est encore décidé. Au contraire: le scénario de Schengen doit faire l'objet d'une étude approfondie d'ici l'automne 2003. Le Corps des gardes-frontière fournit une importante contribution à la sécurité de la Suisse. "Il crée ainsi de bonnes conditions, car la sécurité est un produit aux perspectives d'avenir" ajoute Dietrich.

Combattre par tous les moyens

    Cette fête a été assombrie par le récent meurtre de l'épouse du garde-frontière tessinois Andrea Bertozzi. "Nous devons nous faire à l'idée que ce crime révoltant était un acte de vengeance contre l'accomplissement correct d'une tâche officielle. Nous sommes tous bouleversés et prenons part à la douleur de notre collègue et de sa famille" a dit Rudolf Dietrich à Arlesheim.

    Ce crime est aussi une attaque contre l'Etat et la société que nous ne pouvons pas admettre. Dietrich: "Nous devons nous demander ce que nous pouvons faire de plus pour la sécurité de notre personnel et de ses proches. Diverses études sont en cours."

Renseignements: Hanspeter Wüthrich, Chef du Corps des gardes-frontière, Commandement central Cgfr, Direction générale des douanes, tél. 031 / 322 65 35

Administration fédérale des douanes AFD Direction générale des douanes Monbijoustrasse 40 CH-3003 Berne http://www.douane.admin.ch



Plus de communiques: Eidg. Zollverwaltung

Ces informations peuvent également vous intéresser: