Département fédéral de l'économie

Interdiction générale des farines animales à partir du 1er janvier 2001

    Berne (ots) - Le Conseil fédéral a décidé aujourd'hui, en adoptant une modification de l'ordonnance sur les épizooties, d'interdire les farines animales d'une manière générale. Il interdit également l'affouragement des graisses dites d'extraction, c'est-à-dire des graisses issues de la fabrication des farines animales. L'interdiction entre en vigueur le 1er janvier 2001. En fait, ces produits ne sont plus mis dans le commerce depuis le 11 décembre déjà. La Confédération participera à concurrence de 75% à la prise en charge des frais supplémentaires occasionnés par l'incinération obligatoire.

    Depuis l'apparition du premier cas d'ESB en Suisse en novembre 1990, cette maladie fait l'objet d'une lutte intensive dont le double objectif est, depuis le début, le suivant: empêcher une possible transmission de l'ESB à l'homme et enrayer les nouvelles infections chez les animaux pour éradiquer l'épizootie aussi rapidement que possible. Dès 1990, les organes à risque, telles la cervelle et la moelle épinière de bovins âgés de plus de 6 mois, ont été exclus de l'alimentation humaine et les farines animales, considérées depuis le début comme la cause principale de l'ESB, ont été interdites dans l'alimentation des ruminants. Les mesures pour éradiquer l'ESB ont été renforcées au fur et à mesure des nouvelles connaissances scientifiques. C'est ainsi que depuis 1996, les organes à risque et tous les cadavres d'animaux doivent être incinérés.

    Après la découverte - il y a quelques semaines - de deux cas d'ESB touchant des vaches nées après le renforcement des mesures en 1996, le Conseil fédéral a décidé, en adoptant une modification de l'ordonnance sur les épizooties, d'interdire les farines animales d'une manière générale. Cette interdiction d'affourager les farines animales, applicables à l'alimentation de tous les animaux de rente, entre en vigueur le 1er janvier 2001. Les graisses d'extraction issues de la fabrication des farines animales sont concernées également. Il sera aussi interdit d'utiliser les farines d'origine animale pour la production d'engrais. Ces produits doivent être incinérés. La Centravo SA, principal fabriquant de farines animales en Suisse, et la cemsuisse, l'Association suisse de l'industrie du ciment, garantissent une élimination sûre des farines par incinération dans les fours à ciment.

    A certaines conditions strictes, l'affouragement de déchets de viande aux porcs sous forme d'aliments liquides reste autorisé, pour autant que le contrôleur des viandes ait certifié que ces déchets ne sont pas nocifs pour la santé. En outre, la farine de poisson n'est interdite que pour les ruminants.

    Les coûts supplémentaires de l'élimination des déchets d'abattoirs se montent à environ 40 millions de francs. Ils comprennent les frais de transport, d'entreposage et d'incinération ainsi que la perte des recettes provenant de la valorisation des farines animales et des graisses d'extraction. La Confédération participera à la prise en charge des frais supplémentaires à concurrence de 75%.

ots Originaltext: Département fédéral de l'économie DFE
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Annexe : documentation pour la presse sous ce lien:
http://www.dfe.admin.ch/InfoFlash/Interdiction_farines_animales.pdf.



Plus de communiques: Département fédéral de l'économie

Ces informations peuvent également vous intéresser: