Département fédéral de l'économie

Signature de l'accord de libre-échange entre les pays de l'AELE et le Mexique, à Mexico, le 28 novembre 2000

Berne (ots) - Conjointement avec des représentants des autres Etats membres de l'AELE (Norvège, Islande, Liechtenstein), le conseiller fédéral Pascal Couchepin signe aujourd'hui un accord de libre-échange avec le Mexique. Après avoir été approuvé par les parlements des parties contractantes, cet accord entrera vraisemblablement en vigueur au 1er juillet 2001. L'accord de libre-échangeaccroît considérablement le potentiel du marché et ouvre la voie à une croissance dynamique des exportations de biens et de services vers le Mexique. Il assure à l'économie suisse, pour ses biens et services, le même accès préférentiel au marché mexicain que celui dont bénéficient déjà nos concurrents de l'UE, des Etats-Unis et du Canada. Le Mexique est un partenaire économique important pour la Suisse. Les exportations suisses vers ce pays représentent environ un milliard de francs suisses par année; quant aux investissements directs suisses, ils sont également importants. A compter de l'entrée en vigueur, l'industrie suisse réalisera des économies de droits de douane de plus de 100 millions de francs par an. Outre la libéralisation des échanges de biens industriels (franchise douanière à partir de 2007 sur les montres, les machines et appareils, la chimie, les produits pharmaceutiques, les textiles etc.) et de services (notamment financiers), l'accord prévoit des dispositions sur la protection et la promotion des investissements directs, la protection de la propriété intellectuelle et l'accès sans discrimination aux marchés publics. Le commerce des produits agricoles est régi par des accords bilatéraux entre les divers Etats membres de l'AELE et le Mexique, qui entreront en vigueur en même temps que l'accord de libre-échange. Le Mexique est le premier pays d'outre-mer avec lequel la Suisse et les autres membres de l'AELE signent un accord de libre-échange. L'accord avec le Mexique est beaucoup plus étendu que les accords de libre-échange conclus jusqu'ici dans le cadre de l'AELE, lesquels se limitaient principalement à la libre circulation des biens industriels. Eu égard à la tendance croissante dans le monde à conclure, au niveau régional et suprarégional, des accords préférentiels de large portée, la Suisse, pays fortement dépendant des exportations, ne peut participer à la libéralisation progressive du commerce mondial et éviter une érosion de la compétitivité de son économie que si elle élargit sa politique de libre-échange, tant sur le plan géographique que sur celui du contenu des accords. Dans ce sens, la Suisse et les autres Etats de l'AELE commenceront encore cette année des négociations d'un accord de libre-échange avec le Chili. Des contacts existent également avec le MERCOSUR dans la perspective de créer plus tard une zone de libre-échange. Actuellement des pourparlers sont en cours avec l'Afrique du Sud en vu de lancer des négociations avec ce pays. De plus, la Suisse est intéressée à négocier le libre-échange avec des pays asiatiques (par exemple Singapour). Documentation Français Deutsch English: http://www.dfe.admin.ch/InfoFlash/AELE_Mexique.pdf ots originaltext: DFE Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Tél. +41 52 54 12 99 08 ou +41 52 54 15 05 04

Ces informations peuvent également vous intéresser: