Département fédéral de l'économie

Chiens dangereux - l'OVF est actif

    Bern (ots) - Suite à plusieurs accidents dus à des chiens dangereux survenus ces derniers mois, le besoin de mesures étatiques pour protéger la population s'est fait sentir. C'est ainsi que le conseiller national Heiner Studer a déposé, le 6 octobre dernier, une interpellation dans laquelle il invite le Conseil fédéral à adopter de nouvelles réglementations dans ce domaine. Le Conseil fédéral a répondu favorablement à cette intervention parlementaire et chargé le DFE d'élaborer dans ce but un projet de modification de la loi sur les épizooties. La Confédération prend le problème au sérieux et l'Office vétérinaire fédéral a pris les choses en main. Il faut rappeler toutefois que la protection des personnes relève des cantons. Aussi, après avoir consulté la Conférence des chefs des départements cantonaux de Justice et police, l'Office vétérinaire fédéral a-t-il institué un groupe de travail auquel appartiennent des représentants de l'OVF, d'autres offices fédéraux et des cantons. Ce groupe de travail prépare à l'intention des cantons un texte législatif type qui servira de base aux mesures cantonales en la matière. Par ailleurs, il fait des propositions en vue d'une modification de la loi sur les épizooties qui devrait permettre une meilleure identification des chiens et leur enregistrement centralisé dans une banque de données. La loi doit être modifiée à cet effet dans la perspective d'assurer la protection des personnes. Le message proposant la modification de la loi sur les épizooties devra être présenté avant la fin avril 2001 au plus tard. Fin août déjà, l'OVF avait invité, en collaboration avec le Groupe de travail Chiens dangereux (GTCD) constitué en 1999, toutes les autorités administratives et tous les professionnels impliqués et intéressés à un forum de discussion sur ce sujet. Ce forum a réuni des éleveurs, des chercheurs en éthologie, des vétérinaires, des conducteurs de chiens, des médecins, des représentants des offices fédéraux et d'autres milieux intéressés. Son but était de créer une base de discussion objective pour traiter le problème, notamment sur le plan politique. Les discussions ont débouché sur une série de propositions. La première d'entre elles a été d'ores et déjà concrétisée: le 1er novembre 2000, une ligne téléphonique ouverte à toute personne préoccupée par le problème des chiens agressifs ou dangereux a été installée à l'office, tél. +41 31 322 22 99.

ots originaltext: DFE Internet: www.newsaktuell.ch

Contact: Hans Wyss, responsable du secteur Communication. Tél. +41 31 323 84 96



Plus de communiques: Département fédéral de l'économie

Ces informations peuvent également vous intéresser: