Off. féd. environ., forêts, paysage

Pas de nécessité de remplacer le MTBE en Suisse

Additif dans l'essence et pollution des eaux souterraines     Berne (ots) - Le remplacement du MTBE - un additif de l'essence nuisible pour l'environnement - par une autre substance, n'est pas nécessaire en Suisse. Une étude de l'OFEFP montre que la pollution des eaux souterraines actuelle et dans les années à venir restera très inférieure à la valeur limite fixée dans la législation. Les émissions de MTBE, qui ont déjà diminué de 40% depuis une dizaine d'années, devraient encore être réduites dans les prochaines années.

    Le MTBE (méthyl-tert-butyléther) a remplacé le plomb dans l'essence avec l'introduction du catalyseur. Cette substance se dégrade rapidement dans l'air mais perdure très longtemps dans le sol et les eaux souterraines. Cependant, et contrairement à la situation dans d'autres pays, il n'y a, en l'état actuel des connaissances, aucune nécessité de supprimer cet additif dans l'essence ou de le remplacer par une autre substance.

    D'après une étude récemment publiée par l'OFEFP, la contamination des eaux souterraines provient essentiellement du MTBE atmosphérique qui aboutit dans le sol par le biais des précipitations. La pollution des eaux souterraines actuelle et à venir devrait rester très largement inférieure à la valeur limite de 200 microgramme/litre (µg/l) prévue par la législation. Elle ne devrait pas dépasser 0,05 µg/l en moyenne.

    A proximité des stations-service, on a mesuré dans l'air et dans l'eau des quantités de MTBE jusqu'à 50 fois supérieures aux moyennes nationales. Ces concentrations plus élevées proviennent des vapeurs d'essence libérées lors du remplissage des réservoirs des véhicules. Depuis plusieurs années, la Suisse a introduit des mesures pour limiter autant que possible la pollution de l'air dans les stations-service: les pompes à essence sont aujourd'hui équipées de système de récupération des vapeurs. De plus, des mesures de protection des eaux strictes dans le domaine des installations d'entreposage et des places de transvasement ont permis de réduire fortement la fréquence des pollutions.

    Grâce à ces mesures ainsi qu'aux améliorations apportées aux
véhicules, les émissions de MTBE ont pu être réduites de 40% en dix
ans. Cette diminution devrait encore se poursuivre dans les
prochaines années jusqu'à représenter un tiers des émissions
actuelles vers 2010, avec à la clé une réduction du même ordre de la
pollution des eaux souterraines.

ots Originaltext:
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
OFEFP  OFFICE FÉDÉRAL DE L'ENVIRONNEMENT
DES FORÊTS ET DU PAYSAGE
Service de presse

Renseignements
Christoph Wenger
chef de la section Sites contaminés et
liquides polluants
Office fédéral de l'environnement, des
forêts et du paysage (OFEFP)
Tél. +41/31/322'93'71

Publication
L'étude de l'OFEFP est publiée sous le titre «Abschätzung
derAltlastenrelevanz von Methyl-tert-butylether» Documents
environnement n.151. (seulement en allemand avec un résumé
en français, italien et anglais.
Commande: OFEFP Documentation
fax            +41/31/324'02'16
mailto:      docu@buwal.admin.ch n. de
commande : UM-151-D.

Internet
La publication peut également être téléchargée en format pdf
à l'adresse suivante:
http://www.umwelt-schweiz.ch/buwal/de/fachgebiete/fg_altlasten/servic
e/vollzugshilfen/index.html



Plus de communiques: Off. féd. environ., forêts, paysage

Ces informations peuvent également vous intéresser: