Off. féd. environ., forêts, paysage

Sécurité accrue pour les marchandises dangereuses transportées parle rail

Berne (ots) - Le transport des marchandises dangereuses par chemin de fer sera encore plus sûr à partir de 2003. Les risques jugés inacceptables seront éliminés progressivement d'ici à 2010. MM. Moritz Leuenberger, ministre de l'environnement et des transports, Benedikt Weibel, président de la direction des CFF, et Beat Moser, directeur de la Société suisse des industries chimiques SSIC, ont signé aujourd'hui une déclaration dans ce but: elle prévoit des mesures préventives librement consenties par la chimie et par les CFF ainsi que des adaptations de la législation en vigueur visant à améliorer la sécurité. Le but du paquet de mesures signé aujourd'hui consiste à écarter autant que possible les risques jugés inacceptables qui vont de pair avec le transport de marchandises dangereuses par le rail. Quelque 34 kilomètres du réseau ferroviaire suisse sont concernés (cf. encadré): la probabilité d'un accident y est certes faible, mais les atteintes en résultant pour les personnes et l'environnement peuvent être très graves. Ce paquet de mesures visant une amélioration de la sécurité a été élaboré à la demande du DETEC, sous la direction de l'OFEFP, et de concert avec des représentants des autorités fédérales (Office fédéral des transports, OFT, Office fédéral des routes, OFROU), des Chemins de fer fédéraux (CFF) et de la Société suisse des industries chimiques (SSIC). Mesures librement consenties et adaptations de la législation Les premières mesures seront mises en oeuvre le plus tôt possible. L'industrie chimique suisse renoncera volontairement, d'ici au 1er janvier de l'année prochaine, à transporter régulièrement du chlore dans des wagons-citernes sur le réseau helvétique, notamment entre le Nord-Ouest du pays et le Valais. Du coup, le transport de chlore en Suisse se trouvera réduit d'un quart. D'ici au 1er janvier 2003 également, les CFF installeront de leur propre chef des détecteurs de déraillement sur 623 wagons-citernes circulant sur leur réseau. Les mesures au plan législatif prévoient des modes d'exploitation spécifiques, des améliorations des wagons-citernes ainsi que des interdictions (cf. déclaration conjointe). Les risques engendrés par les deux gaz toxiques que sont le chlore et le dioxyde de soufre seront réduits progressivement. Dès 2006, ces substances dangereuses ne pourront plus être transportées que sous certaines conditions très strictes (convois ou wagons-citernes spéciaux). Dès 2010, il sera obligatoire d'utiliser dans tous les cas des wagons-citernes spéciaux notablement plus sûrs. La Suisse va par ailleurs intervenir au plan international pour que la sécurité technique des wagons-citernes soit améliorée. Le phosgène fait l'objet d'une interdiction: actuellement, ce composé chimique extrêmement toxique n'est pas transporté dans des wagons-citernes, mais seulement en petites quantités. Il y a lieu d'inscrire cette pratique dans la législation d'ici au 1er janvier 2004 au plus tard. La mise en oeuvre de ces mesures coûtera environ sept millions de francs. Les CFF doivent acquérir des détecteurs de déraillement et les transporteurs suisses de marchandises dangereuses des wagons-citernes plus sûrs. Nouvelle amélioration d'un standard de sécurité déjà élevé La déclaration conjointe de la SSIC, des CFF et du DETEC énumère et détaille les mesures prévues. Elle relève en outre que le niveau de sécurité dont bénéficie le transport des marchandises dangereuses par le rail est déjà très élevé en comparaison internationale, mais qu'il peut encore être amélioré par les efforts à consentir en commun. La déclaration prévoit également l'élaboration de mécanismes de contrôle et de sanction. Des mesures d'accompagnement visent finalement à empêcher que le transport de chlore et de dioxyde de soufre soit transféré sur la route. A l'heure actuelle, les transports de grandes quantités s'effectuent uniquement par wagons-citernes, sur le rail où le risque d'accident est plus faible que sur la route. C'est pourquoi il est prévu d'interdire d'ici à 2004 le transport par route de ces deux gaz liquéfiés sous pression et du phosgène dans des conteneurs de poids net supérieur à 1000 kg. ots Originaltext: OFEFP Internet: www.newsaktuell.ch Contact: DETEC Département fédéral de l'Environnement, des Transports, de l'Energie et de la Communication Service de presse M. André Schrade secrétaire général adjoint du DETEC Tél. +41/31/323'96'40 M. Bruno Oberle sous-directeur de l'OFEFP Tél. +41/31/322'24'94 M. Martin Schiess chef suppléant de la section Sécurité des installations de l'OFEFP Tél. +41/31/322'54'34 M. Danni Härry chef du service de presse des CFF Tél. +41/51/220'41'11 M. Richard Gamma SSIC (secteur environnement, sécurité, technologie) Tél. +41/1/368'17'24 Annexes: Déclaration conjointe Carte «Vue d'ensemble actualisée des risques jugés inacceptables pour les personnes» Le risque est jugé inacceptable sur 34 kilomètres de voie ferrée Le transport des marchandises dangereuses est régi par l'ordonnance du 1er avril 1991 sur les accidents majeurs (OPAM), adoptée suite à l'accident survenu à Schweizerhalle (Bâle) en 1986; elle a pour but de protéger la population et l'environnement des graves dommages résultant d'accidents majeurs. En août 2001, l'OFEFP a introduit des directives, fondées sur l'OPAM, pour les itinéraires sur lesquels des marchandises dangereuses sont transportées. Désormais, les risques existants peuvent être évalués selon des critères homogènes dans toute la Suisse. Ces «Critères d'appréciation II pour l'ordonnance sur les accidents majeurs» distinguent trois classes de risque: 1. le domaine inacceptable; 2. le domaine intermédiaire; 3. le domaine acceptable. Le paquet de mesures prévu doit faire passer les risques inacceptables au-dessous du seuil critique afin qu'ils relèvent du domaine intermédiaire. Les tronçons présentant le risque le plus élevé se trouvent là où de grandes quantités de marchandises dangereuses sont transportées à travers des régions densément peuplées. La vue d'ensemble actualisée des risques montre que 34 kilomètres de voie ferrée présentent encore un risque inacceptable - alors qu'une première estimation sommaire avait conclu à 135 kilomètres. Motif principal de cette différence: des chiffres plus précis montrent que les accidents sont en régression depuis quelques années, grâce à différentes mesures comme les dispositifs de contrôle des trains. En outre, on dispose actuellement de données plus précises sur le type et la quantité de marchandises dangereuses transportées.

Ces informations peuvent également vous intéresser: