Off. féd. environ., forêts, paysage

Inventaire Sanasilva 2001: Depuis 1994, l'état des forêts est stable

    Berne (ots) - Depuis 1994, l'état des forêts suisses est resté stable : en dépit de fluctuations annuelles, la proportion d'arbres présentant une défoliation des houppiers de plus de 25 % ne s'est guère modifiée. Dans l'Inventaire Sanasilva de 2001, cette proportion est d'un arbre sur cinq. Le nombre d'arbres qui sont morts en 2001 est de 4 sur 1000. L'acidification du sol et les changements climatiques restent les principaux risques à long terme.

    Depuis 1994, en dépit de fluctuations annuelles, la proportion d'arbres présentant une défoliation des houppiers supérieure à 25 % est restée stable. Elle a toutefois augmenté par rapport à 1985, date des premiers relevés. En 2001, elle était de 18 %. C'est presque autant qu'en 1999, mais moins qu'en 2000. Ces chiffres concernent les défoliations inexpliquées (cf. encadré). L'épicéa et le sapin restent les espèces les plus touchées, le hêtre est l'essence la plus épargnée. Tels sont les résultats de l'Inventaire Sanasilva 2001, effectué par les spécialistes de l'institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL). Les défoliations des houppiers d'origine inconnue, observées sur les 16 placettes de « Recherches à long terme sur les écosystèmes forestiers » (LWF en allemand) confirment les résultats de l'Inventaire Sanasilva.

    Le taux de mortalité des arbres est inchangé

    Comme les années précédentes, 0,4 % des arbres sont morts durant l'année. Ce résultat ne tient toutefois guère compte des attaques de bostryches de l'été 2001, vu que la plupart des relevés étaient achevés avant l'apparition des dégâts dus à ce coléoptère. La plupart des arbres infestés ont perdu leurs aiguilles ou leurs feuilles à la fin de l'été et sont morts en automne. En outre, l'inventaire Sanasilva ne permet pas de relever les dommages locaux ou régionaux, car ses placettes sont situées à 16 km d'intervalle. Les enquêtes menées dans les régions touchées ont montré que jusqu'en automne, le volume des exploitations forcées d'épicéas était d'environ un million de mètres cubes. Pour l'année prochaine, il faut donc s'attendre à un taux de mortalité des arbres accru et à une augmentation de l'exploitation des épicéas en raison de l'épidémie de bostryches en 2001.

    Observation de l'évolution à long terme

    La défoliation des houppiers est d'abord un indice de stress. Elle dépend de causes diverses, telles que l'âge des arbres, leur approvisionnement en substances nutritives et en eau. C'est pourquoi il est essentiel de suivre son évolution à long terme. Dans cette optique, l'acidification du sol et les changements climatiques constituent les principaux risques pour la forêt. Les chercheurs ne disposent pas encore de réponses définitives concernant ces phénomènes. Sur les 16 placettes de « Recherches à long terme sur les écosystèmes forestiers », aménagées par la Confédération, ils essaient de répondre aux questions suivantes : Quels effets un changement d'exploitation, la pollution et les changements climatiques attendus ont-ils sur les forêts ? Lesquels de ces processus menacent les forêts à court ou à long terme ? De nombreux paramètres sont relevés sur ces placettes ; ils concernent la composition chimique des précipitations et de l'eau des sols ainsi que les apports d'eau et d'éléments nutritifs et leurs effets sur les arbres.

    Une partie du programme européen d'observation

    Chaque année, les spécialistes de l'institut fédéral de recherches WSL évaluent l'état des houppiers dans la forêt suisse, dans le cadre de l'Inventaire Sanasilva. En été 2001, 1100 arbres ont été auscultés sur les placettes forestières d'un échantillon représentatif, situées à 16 km d'intervalle. La statistique établit une distinction entre les défoliations totales et les défoliations inexpliquées, pour lesquelles aucune cause évidente (grêle ou attaque d'insectes par exemple) n'a pu être décelée. L'état des houppiers est en outre examiné sur les 16 placettes de « Recherches à long terme sur les écosystèmes forestiers » (LWF)

    Le réseau de placettes Sanasilva et les surfaces LWF font partie intégrante du programme européen d'observation (ICP Forests). Les résultats de quelque 6000 placettes dans un réseau à maillage de 16 kilomètres et de plus de 800 placettes d'observation à long terme dans 30 pays sont publiés chaque année dans un rapport européen sur l'état des forêts. Ce document est publié par la Commission européenne et la Commission économique pour l'Europe des Nations Unies. Les statistiques européennes font, elles aussi, état d'une stabilisation des défoliations des houppiers. Ces études à long terme, menées à grande échelle pour assurer la protection des forêts en Europe, permettent de détecter les transformations de l'écosystème forestier.

ots Originaltext: OFEFP
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
OFEFP
M. Richard Volz
Direction fédérale des forêts
Tél. +41/31/324'77'86

WSL
M. Matthias Dobbertin
Tél. +41/1/739'25'94

Internet: http://www.wsl.ch/sanasilva2001/

Documentation
- Brang, P. (Réd.), 1998: Rapport Sanasilva 1997. Les forêts suisses:
état de santé et risques à long terme. Bilan de quinze années de
recherches sur les dommages forestiers.
Berichte n° 345, Institut fédéral de recherches sur la forêt, la
neige et le paysage, 8903 Birmensdorf.
Partiellement traduit en français, prix 21 francs.
Commande: bibliothèque du WSL, Zürcherstr. 111, CH-8903 Birmensdorf,
Tél. +41/1/739'22'11, e-mail: bibliothek@wsl.ch.

- Dépliant sur le rapport Sanasilva 1997.
Distribué gratuitement par la bibliothèque du WSL, Zürcherstr. 111,
CH-8903 Birmensdorf, tél. +41/1/739'22'11, e-mail :
bibliothek@wsl.ch.
[ 004 ]



Plus de communiques: Off. féd. environ., forêts, paysage

Ces informations peuvent également vous intéresser: