Off. féd. environ., forêts, paysage

Conférence mondiale sur les changements climatiques: impulsion suisse

Conférence des Parties COP 6bis à Bonn, du 16 au 27 juillet

    Berne (ots) - A la Conférence mondiale sur les changements climatiques qui se tiendra prochainement à Bonn, la délégation suisse a deux objectifs : sortir le Protocole de Kyoto de l'impasse et jouer un rôle de médiation dans la recherche de compromis. En ce qui concerne les modalités de mise en œuvre du Protocole de Kyoto, la réduction effective des émissions de CO2 est prioritaire pour la Suisse.

    La Conférence mondiale de Bonn sur les changements climatiques devrait avoir des conséquences décisives pour le Protocole de Kyoto. Etant donné que la Suisse considère ce protocole comme la seule possibilité de traiter au niveau international la question du réchauffement climatique, le Conseil fédéral estime que toutes les Parties doivent s'efforcer de trouver un compromis et de sortir le Protocole de Kyoto de l'impasse.

    La Suisse attend de la Conférence des Parties qu'elle aboutisse à l'adoption de règles contraignantes pour la mise en œuvre du protocole. Il sera notamment question des modalités de mise en œuvre du protocole, en particulier de l'utilisation de mécanismes flexibles et du rôle que peuvent jouer les puits de carbone. Le 5 juillet dernier, la position de la Suisse, fixée par le Conseil fédéral le 27 juin, a été commentée devant les médias par le chef de la délégation, Philippe Roch, directeur de l'Office fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage (OFEFP).

    Philippe Roch a insisté sur le fait que la mise en œuvre du Protocole de Kyoto devait aboutir à une réduction effective des émissions de CO2. Ainsi, concernant les mécanismes flexibles, la Suisse est d'avis que la réduction des émissions de gaz à effet de serre doit principalement être entreprise dans chaque pays au niveau national. Elle estime toutefois que les investissements consentis par les pays industrialisés dans les pays en développement afin d'y réduire les émissions de gaz à effet de serre doivent pouvoir être pris en compte. Des mécanismes allant dans ce sens sont en préparation en Suisse; les conditions générales sur le plan international seront discutées à Bonn.

    En matière de puits de carbone, la Suisse est d'avis qu'il ne peut en être tenu compte que lorsqu'ils contribuent effectivement à lier des quantités supplémentaires de CO2, comme dans le cas des forêts qui se développent grâce à des activités humaines. La prise en compte de puits de carbone ne doit pas empêcher les pays signataires de prendre des mesures de réduction des émissions à la source, qui restent l'objectif principal de la convention.

ots Originaltext: OFEFP
Internet: www.newsaktuell.ch


Contact pendant la conférence de Bonn:
Philippe Roch, chef de délégation, directeur de l'OFEFP,
mobile +41 79 277 51 88 (du 20 au 22 juillet)

Beat Nobs, ambassadeur, OFEFP, chef de la délégation de négociation,
mobile +41 79 687 11 68

Annexes :
Fiche d'information " Trouver un compromis "



Plus de communiques: Off. féd. environ., forêts, paysage

Ces informations peuvent également vous intéresser: