Office vétérinaire fédéral

A partir du 1er juin 2002, plus aucune importation de chiens ayant la queue ou les oreilles coupées

    Berne (ots) - A partir du mois prochain, les chiens ayant la queue ou les oreilles coupées ne pourront plus du tout être importés en Suisse. Seuls seront exceptés de cette interdiction les chiens que leur propriétaire emmène en Suisse lors d'un déménagement ou les chiens de propriétaires étrangers qui se rendent en Suisse pour des vacances ou d'autres séjours temporaires. La coupe des oreilles et la coupe de la queue des chiens sont interdites en Suisse pour des raisons de protection des animaux, la première depuis 1981, la seconde depuis 1997. Elles sont aussi explicitement interdites par la convention du Conseil de l'Europe pour la protection des animaux de compagnie, adoptée à Strasbourg le 13 novembre 1987. Dans plusieurs pays européens, la coupe des oreilles, une opération très douloureuse, est déjà interdite depuis de nombreuses années; la coupe de la queue, quant à elle, est de plus en plus critiquée et son interdiction gagne du terrain. Néanmoins, nombre de pays continuent de l'autoriser, en particulier si elle est pratiquée par un/une vétérinaire.

    Jusqu'à présent, les chiens ayant la queue ou les oreilles coupées
pouvaient être importés en Suisse s'ils étaient âgés de plus de 5
mois. La modification de l'ordonnance concernant l'importation, le
transit et l'exportation d'animaux et de produits animaux (OITE)
supprime cette dérogation. La nouvelle réglementation devrait
empêcher que des personnes domiciliées en Suisse puissent facilement
acheter à l'étranger des chiens ayant la queue ou les oreilles
coupées ou puissent exporter des chiens achetés en Suisse pour leur
faire subir l'opération à l'étranger, ce qui est déjà interdit
d'ailleurs. De plus, l'interdiction générale d'importer simplifie
l'application du droit à la frontière et en Suisse. Il faut savoir en
effet que des amateurs de certaines races de chiens ayant subi la
coupe des oreilles ou de la queue ont contribué à alimenter un marché
illégal de chiots ayant subi l'opération. Ces chiots sont souvent
élevés dans des conditions et un environnement contraires à la
protection des animaux et séparés beaucoup trop tôt de leur mère et
de la nichée. Il n'est pas rare que les chiens présentent alors des
troubles de comportement par manque de socialisation - ils peuvent
être peureux et avoir des réactions excessives (d'agressivité p.
ex.). Les seules dérogations concernent désormais les chiens que leur
propriétaire emmène en Suisse lors d'un déménagement ou les chiens de
propriétaires étrangers qui se rendent en Suisse pour une courte
période.

ots Originaltext: OVF
Internet: www.newsaktuell.ch

Kontakt:
OFFICE VÉTÉRINAIRE FÉDÉRAL
Service de presse et d'information

Jakob Schluep
Autorisations et inspections
Tel. +41/31/323'85'10

Myriam Holzner
Communication
Tel. +41/31/323'85'86



Plus de communiques: Office vétérinaire fédéral

Ces informations peuvent également vous intéresser: