Office fédéral de l'agriculture

Séance d'information sur la sécurité et la qualité des denrées alimentaires

    Berne (ots) - L'Etat et la recherche publique doivent relever un défi en ce qui concerne la sécurité alimentaire et la qualité des produits. Voilà ce qu'ont constaté les participants à une séance d'information organisée aujourd'hui à Morat par l'unité Recherche agronomique de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG).

    Les consommateurs et le public attendent aujourd'hui une sécurité alimentaire absolue et posent des exigences élevées à la qualité intérieure et extérieure des produits. C'est un défi pour la recherche et les pouvoirs publics lorsqu'il s'agit d'étudier et de décider des mesures visant à protéger les denrées alimentaires ainsi que d'effectuer des contrôles, a déclaré Eduard Hofer, sous-directeur de l'OFAG, à la réunion, organisée par les six stations de recherches de l'OFAG avec le concours de l'EPF de Zurich et de la Haute école suisse d'agronomie de Zollikofen.

    Renato Amadò et Felix Escher, professeurs à l'Institut pour la science de l'alimentation de l'EPF Zurich, se sont penchés sur la question de savoir quels facteurs influent sur la sécurité et lesquels sur la qualité de nos denrées alimentaires. M. Amadò classe les dangers pour notre alimentation en utilisant trois critères: «gravité» de l'effet, «fréquence» des cas et «survenue» (moment de l'apparition d'un effet). Il obtient selon ce schéma l'ordre décroissant des risques suivant: dangers liés aux microorganismes présents dans les denrées alimentaires, à l'alimentation, à la contamination de l'environnement, aux composantes toxiques propres aux denrées alimentaires et, enfin, aux additifs alimentaires.

    M. Escher fait la distinction entre la qualité de la production et celle des produits. La qualité de la production se réfère au mode d'obtention et de transformation des denrées alimentaires, lequel n'influe pas forcément sur la qualité des produits. Cette dernière est déterminée par la sécurité toxicologique, mais avant tout par la valeur nutritive et, plus récemment, par la valeur relative à la santé. En outre, la couleur, la saveur et la texture jouent un rôle capital quant à la question de savoir si la qualité culinaire d'un produit répond aux attentes.

    Jacques Morel, sous-directeur de l'OFAG responsable pour la recherche agricole, a indiqué que la sécurité et la qualité des denrées alimentaires jouent un rôle capital non seulement aux yeux du public, mais aussi à tous les niveaux de la chaîne alimentaire et dans la recherche. Même si les denrées alimentaires sont plus sûres et meilleures que jamais, des dégradations de la qualité et de la sécurité ne sont jamais à exclure. Il s'agit donc d'assurer en tout temps une communication transparente et de prendre le cas échéant sans tarder les mesures nécessaires.

ots Originaltext: OFAG
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Urs Gantner
Chef de l'Etat-major Recherche
Tél. +4/31/322'25'74



Plus de communiques: Office fédéral de l'agriculture

Ces informations peuvent également vous intéresser: