Secrétariat d'Etat à l'économie

Signature d'un accord de libre-échange entre les États de l'AELE et Singapour

Berne (ots) - Le 26 juin 2002, le conseiller fédéral Pascal Couchepin a signé, en compagnie des représentants des autres Etats de l'AELE que sont la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein, un accord de libre-échange de large portée avec Singapour. Cet accord devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2003. L'accord AELE-Singapour est le premier accord de libre-échange européen conclu avec un partenaire asiatique et le premier accord prévoyant une réglementation étendue de l'accès aux marchés et de la protection des investissements. Quant au commerce des produits agricoles, il fait l'objet, comme il est d'usage au sein de l'AELE, d'accords bilatéraux complémentaires entre chacun des Etats de l'AELE et Singapour. Cet accord va considérablement améliorer la sécurité juridique des conditions-cadre des relations économiques entre la Suisse et le carrefour commercial que représente Singapour: la levée des droits de douane sur les produits industriels est garantie sur une base contractuelle, de même que l'ouverture des marchés et l'égalité de traitement avec les nationaux dans de nombreux secteurs de services; les investisseurs et les investissements bénéficient d'un meilleur accès au marché et d'une meilleure protection. La compétitivité de l'économie suisse va ainsi se renforcer sur le marché en plein essor de Singapour, le potentiel de débouchés pour les biens et les services helvétiques va s'accroître et la voie vers une dynamique accélérée sera ouverte. L'accord empêche toute discrimination de l'économie suisse par rapport à d'importants concurrents comme le Japon et les Etats-Unis, qui ont déjà conclu ou négocient actuellement un accord de libre-échange avec Singapour. Le montant des exportations de la Suisse vers Singapour a atteint près de 1,6 milliard de francs en 2001 et fin 2000, la somme de ses investissements directs à Singapour s'élevait à plus de 13 milliards de francs. L'accord signé avec Singapour s'inscrit dans un processus d'élargissement - engagé par les ministres de l'AELE - de la politique de libre-échange de l'AELE sur les plans géographique et du contenu. En effet, l'AELE a depuis peu décidé d'étendre aux autres continents son réseau d'accords de libre-échange qui se limitait jusque-là à l'Europe et à l'Espace méditerranéen et, dans ces accords, de couvrir non seulement les échanges de marchandises, mais également les services, les investissements et les marchés publics. Cette nouvelle politique doit permettre de lutter contre la discrimination croissante de la Suisse et des autres Etats de l'AELE, et contre l'érosion de la compétitivité de leurs économies, qui s'expliquent toutes deux par la tendance de plus en plus forte dans le monde entier à conclure des accords préférentiels régionaux ou suprarégionaux. Pour la Suisse, qui est une économie très axée sur l'extérieur, la conclusion d'accords de libre-échange constitue l'un des trois piliers de sa politique économique extérieure, à côté de l'intégration européenne et de l'OMC. La Suisse envisage d'ailleurs de signer dans la cadre de l'AELE d'autres accords semblables avec d'autres pays en dehors de l'Europe et de l'Espace méditerranéen. Des négociations sont en cours avec le Canada et le Chili et d'autres vont prochainement s'ouvrir avec l'Afrique du Sud. ots Originaltext: seco Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Marino Baldi, ambassadeur, seco Tél. +41/31/324'07'55 Christian Etter, ministre, seco chef de la Task Force négociations AELE-pays tiers Tél. +41/31/324'08'62 Robin Tickle responsable de la communication au DFE Mobeil +41/79/211'62'28

Ces informations peuvent également vous intéresser: