Secrétariat d'Etat à l'économie

La Suisse soutient l'adhésion du Tadjikistan à l'OMC

    Doha (ots) - Pour les pays en développement les plus pauvres et pour les pays d'Asie centrale, répondre aux critères d'adhésion à l'OMC est un défi d'envergure. À l'occasion de la Conférence des ministres de l'OMC siégeant à Doha, le Secrétaire d'État David Syz a signé avec le Tadjikistan un accord portant sur une assistance technique en vue de permettre à ce pays d'Asie centrale d'être admis à l'OMC. Ce programme sera réalisé par le biais du programme de l'ONU pour la formation et la recherche (UNITAR).

    En mai dernier, le gouvernement du Tadjikistan a déposé une
demande officielle d'adhé-sion à l'OMC. En juillet, le Conseil
général de l'OMC a accordé au Tadjikistan le statut d'observateur et
a constitué un groupe de travail chargé de préparer son adhésion à
l'OMC. La Suisse s'est déclarée prête à fournir l'assistance
technique nécessaire durant le processus d'adhésion. À cet effet, un
programme d'assistance, d'un coût de 1 million USD, a été élaboré par
l'UNITAR (Programme de l'ONU pour l'éducation et la recherche)
conjointement avec le gouvernement du Tadjikistan

      Le programme formalisé à Doha prévoit une consultation politique
étroite en matière commerciale, le développement de connaissances
locales par des cours de formation ciblés et la mise en place de
voies de formation spécialisées à l'OMC, à Genève. Le but du
programme est, d'une part, d'accompagner le processus d'adhésion et,
d'autre part, de constituer dans l'administration des unités
spécialisées responsables de l'application des accords OMC.

    Le Tadjikistan fait partie du groupe de vote de la Suisse aux
institutions de Bretton Woods. Dans le domaine économique, la Suisse
a soutenu jusqu'ici des programmes dans le domaine de la réforme des
administrations douanières et fiscales. En 2000, la Suisse a
également alloué une aide à la balance des paiements de 3 millions
USD. Dans le secteur des infrastructures, elle a en outre financé une
installation de surveillance sismographique pour le barrage naturel
du Lac Sarez, la plus haute digue du monde.  

ots Originaltext: seco
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Hans-Peter Egler, chef secteur coopération commerciale et
technologie environnemental, seco,
actuellement à Doha,
tél. +41 79 379 89 81



Plus de communiques: Secrétariat d'Etat à l'économie

Ces informations peuvent également vous intéresser: