Secrétariat d'Etat à l'économie

Ouverture de négociations sur un accord de libre-échange entre les Etats de l'AELE et Singapour

    Berne (ots) - La Suisse et les autres Etats de l'AELE (Norvège, Islande et Liechtenstein) ont annoncé aujourd'hui qu'ils allaient entamer des négociations avec Singapour, portant sur un accord de libre-échange de portée étendue. Celui-ci vise à assurer la franchise de douane dans le commerce des biens industriels, à libéraliser les marchés des services (services financiers, télécommunications, etc.) et les marchés publics; il contiendra aussi des dispositions sur la promotion et la protection des investissements directs et la protection des droits de propriété intellectuelle. La première série des négociations AELE-Singapour doit débuter au début du mois de juillet et les deux parties souhaitent achever ces négociations, si possible, avant fin 2001.

    Pour la Suisse, un accord de libre-échange de portée étendue signifie que notre économie accédera plus facilement au marché des biens et des services de cette plaque tournante du commerce et de l'économie dans le Sud-Est asiatique. En effet, Singapour constitue pour beaucoup d'entreprises suisses des secteurs de l'industrie et des services un véritable portail d'accès aux marchés asiatiques.

    Singapour est un important partenaire économique de la Suisse. Les exportations suisses de marchandises (surtout les montres, les machines, les produits chimiques et pharmaceutiques) représentent plus de 1,5 milliard CHF par an. C'est également un marché important pour les entreprises suisses qui fournissent des services (p. ex. les banques, les assurances, les entreprises de transport et de logistique). Les investissements directs suisses à Singapour dépassent 13 milliards CHF.

    L'ouverture de négociations avec Singapour montre que la Suisse et ses partenaires de l'AELE s'efforcent d'étendre le réseau de leurs accords de libre-échange à des pays situés au-delà de l'Europe et du bassin méditerranéen. Beaucoup de nations commerçantes concluent de plus en plus des accords de libre-échange supra régionaux. On constate, en outre, une tendance à un élargissement du contenu de ces accords (par ex. les services ou les investissements). Si elle entend éviter l'érosion de la compétitivité de son économie, la Suisse doit, elle aussi, développer sa politique de libre-échange au niveau géographique et du contenu des accords, sans pour autant négliger la voie multilatérale (OMC). Les zones de libre-échange et les accords à l'échelle mondiale se stimulent mutuellement.

ots Originaltext: seco
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Christian Etter, Ministre, chef de la Task Force
Négociations AELE-pays tiers, seco, tél. +41 31 324 08 62



Plus de communiques: Secrétariat d'Etat à l'économie

Ces informations peuvent également vous intéresser: