Secrétariat d'Etat à l'économie

Message concernant l'accord de libre-échange AELE-Mexique et l'accord agricole Suisse-Mexique

Berne (ots) - Sur proposition du Département fédéral de l'économie, le Conseil fédéral a approuvé aujourd'hui le message concernant l'accord de libre-échange entre les Etats de l'AELE et le Mexique, et l'accord agricole entre la Suisse et le Mexique. Ces accords, qui doivent entrer en vigueur le 1er juillet 2001, seront à l'ordre du jour des Chambres fédérales à la session de juin. Pour la Suisse, l'intérêt majeur de cet accord de libre-échange réside dans le fait que notre économie pourra accéder au marché mexicain des marchandises et des services à des conditions comparables à celles dont jouissent ses concurrents de l'UE, des Etats-Unis et du Canada, qui bénéficient actuellement de conditions préférentielles au Mexique. Le Mexique est le premier partenaire extérieur à l'Europe et au bassin méditerranéen avec lequel les Etats de l'AELE, dont la Suisse, aient signé un accord de libre-échange. Celui-ci est en outre plus étendu que ceux que la Suisse a conclus jusqu'ici dans le cadre de l'AELE. Il prévoit, en plus du libre-échange des produits industriels (franchise de douane à partir de 2007), la libéralisation des marchés des services (financiers entre autres) et des marchés publics. Comme les précédents accords de libre-échange signés par les Etats de l'AELE, celui-ci se double d'accords sur le commerce des produits agricoles, conclus bilatéralement par chacun de ces Etats et le Mexique. Pour la Suisse, le Mexique est un partenaire économique important. Les exportations suisses vers ce pays représentent environ un milliard CHF par an et les investissements directs suisses y atteignent quelque 4 milliards CHF. Grâce à l'accord, les exportations suisses seront exonérées de droits de douane qui se montent actuellement à plus de 100 millions CHF par année. Vu la tendance croissante à conclure, partout dans le monde, des accords préférentiels régionaux et suprarégionaux, un petit pays comme la Suisse, qui est fortement tributaire de ses exportations et n'est pas rattaché à une entité plus grande, telle que l'UE, ne peut préserver la compétitivité de son économie que s'il développe sa politique de libre-échange, en termes de géographie comme de contenu. C'est dans cet esprit que la Suisse et les autres Etats de l'AELE ont entamé, en décembre 2000, des négociations sur un accord de libre-échange avec le Chili. Dans les semaines à venir, des discussions exploratoires auront lieu avec Singapour et l'Afrique du Sud. ots Originaltext: seco Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Marino Baldi, Ambassadeur, Secrétariat d'Etat à l'économie, seco, tél. +41 31 324 07 55 Christian Etter, Ministre, seco, chef de la Task Force Négociations AELE-pays tiers, tél. +41 31 324 08 62

Ces informations peuvent également vous intéresser: