Ministère public de la Confédération

Fin de la visite du procureur italien Giuseppe Scelsi à Berne

Reconnaissance envers les autorités judiciaires suisses

    Berne (ots) - Le procureur italien Giuseppe Scelsi de Bari/Italie a terminé sa visite professionnelle de trois jours en Suisse. Sa venue a eu pour principal objectif d'élucider divers points en relation avec l'affaire Cuomo, au sujet de laquelle l'Italie avait adressé plusieurs demandes d'entraide judiciaire à la Suisse. Les discussions avec le procureur fédéral Valentin Roschacher et son substitut Claude Nicati ont permis d'aborder de nombreuses questions touchant à la poursuite pénale à l'échelle internationale et à la coopération judiciaire entre la Suisse et l'Italie. Giuseppe Scelsi a exprimé une fois encore sa reconnaissance envers la Suisse pour les efforts entrepris dans la lutte contre la criminalité internationale.

    Éclaircissements au sujet de la provenance d'argent présumé criminel

    En lien avec les demandes d'entraide judiciaire du procureur italien Giuseppe Scelsi, de Bari, dans l'affaire Cuomo, le Ministère public de la Confédération a entendu, au cours des derniers jours, plusieurs personnes domiciliées en Suisse. Le procureur Scelsi et ses collaborateurs de la direction d'investigation anti-mafia ont assisté aux auditions. Ces démarches ont eu pour but de clarifier la provenance de flux d'argent présumés criminels, qui ont abouti en Suisse par l'entremise de diverses sociétés. Dans ce cadre toujours, le procureur de Bari a demandé au préalable la saisie de divers documents et l'identification d'adresses bancaires. Il a en outre requis la saisie des avoirs de Gerardo Cuomo. Les démarches auprès des banques sont toujours en cours. Dans le cadre des demandes d'entraide, que l'Office fédéral de la justice avait confiées au Ministère public de la Confédération, celui-ci a ordonné le 26 février 2001 une perquisition aux sièges de diverses sociétés commerciales dans deux cantons (Tessin / Vaud). Ces opérations ont été effectuées en collaboration avec les polices cantonales et la Police judiciaire fédérale. Elles sont à mettre en lien avec des mesures que le procureur Scelsi avait ordonnées en Italie relativement à la même affaire.

    Rapport de la commission italienne de lutte anti-mafia

Lors des discussions avec le procureur fédéral Valentin Roschacher, le magistrat italien, qui fait partie de la direction des instances de district de lutte contre la mafia, a remercié les autorités de poursuite pénale helvétiques de leur concours. À ce propos, il a rappelé que la commission parlementaire de lutte anti-mafia a souligné, dans un rapport remis en mars 2001 aux présidents des Chambres du Parlement italien, la bonne entente entre les autorités judiciaires suisses et italiennes. En même temps, il s'est montré très satisfait de l'intérêt et de l'esprit coopératif rencontrés en Suisse en matière de lutte contre la criminalité organisée.

ots Originaltext: mpc
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Hansjürg Mark Wiedmer, porte-parole du Ministère public de
la Confédération, tél. +41 31 322 81 69



Ces informations peuvent également vous intéresser: