Office féd. de la statistique

Financement public de l'éducation en Suisse

Un franc sur cinq va à l'éducation Neuchâtel (ots) - En 1999, la Confédération, les cantons et les communes ont investi 21,3 milliards de francs dans l'éducation, ce qui représente 18% des dépenses totales des pouvoirs publics. Après avoir stagné pendant plusieurs années, les dépenses réelles ont augmenté de 0,6 point de 1998 à 1999. Ces deux informations ressortent de l'analyse des dépenses publiques d'éducation effectuée par l'Office fédéral de la statistique (OFS). L'éducation représente un poste important du budget Des 120 milliards dépensés chaque années par les pouvoirs publics, 21,3 milliards vont à l'éducation. Ce secteur ne représente plus le poste le plus important du budget des pouvoirs publics, et la part des dépenses qui lui sont consacrées ne cesse de reculer. Celle-ci est tombée de 18,7% en 1990 à 17,9% en 1999. Une évolution qui s'explique par la stagnation des dépenses d'éducation depuis 1992 parallèlement à l'augmentation notable des prestations sociales. Les dépenses publiques d'éducation représentent aujourd'hui 5,5% du produit intérieur brut (390 milliards de francs). La Confédération, les cantons et les communes s'engagent différemment L'engagement des pouvoirs publics en faveur de l'éducation (21,3 milliards au total) varie selon le niveau administratif. Les cantons y contribuent à raison de 53%, contre 35% pour les communes, la Confédération assumant les 12% restants. La progression des dépenses d'éducation a commencé à ralentir nettement à partir de 1992, ce qui a entraîné des reports entre les différents niveaux administratifs. Les dépenses des cantons stagnent depuis lors, alors que celles des communes progressent depuis 1995. La contribution de la Confédération évolue de manière non linéaire. La scolarisation d'un enfant coûte 100'000 francs à l'Etat Dans les établissements publics, les dépenses de fonctionnement nécessaires à la scolarisation d'un élève se sont montées en 1999 à 5000 francs pour le degré préscolaire, à 10'000 francs pour l'école primaire, à 14'000 francs dans le secondaire inférieur et à 20'000 francs pour un étudiant fréquentant une école menant à la maturité. Pour la durée totale de la scolarité obligatoire (6 ans de primaire et 3 ans de secondaire inférieur dans la plupart des cantons), les dépenses de fonctionnement sont estimées à 100'000 francs par élève. Celles destinées à financer la formation secondaire supérieure nécessaire à l'obtention de la maturité (3,5 ans en moyenne) s'élèvent à 70'000 francs par élève ayant choisi cette voie. Si l'on compare les dépenses estimées des cantons pour la scolarité obligatoire d'un élève, on aboutit à une fourchette allant de quelque 78'800 francs à 127'000 francs. La grande majorité des cantons dépensent entre 90'000 et 110'000 francs par élève. Seuls les cantons de Genève, de Bâle-Ville, de Zurich et de Zoug investissent davantage dans l'éducation. Dans les cantons ruraux d'Obwald, de Thurgovie et dans les deux Appenzell, les dépenses d'éducation sont inférieures à 90'000 francs par élève. ots Originaltext: OFS Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Michele Egloff OFS, Section de la formation scolaire et professionnelle Tél. +41/32/713'62'71 E-mail: michele.egloff@bfs.admin.ch Katrin Mühlemann OFS, Section de la formation scolaire et professionnelle Tél. +41/32/713'67'32 E-mail: katrin.muehlemann@bfs.admin.ch Commandes au: Tél. +41/32/713'60'60 Fax +41/32/713'60'61 E-mail: Ruedi.Jost@bfs.admin.ch Nouvelle publication: OFS, Dépenses publiques d'éducation - Indicateurs financiers 1999, Neuchâtel 2001, n° de commande: 319-9900, prix: 10 francs. Vous trouverez d'autres informations sur le site Internet de l'OFS à l'adresse http://www.statistique.admin.ch.

Ces informations peuvent également vous intéresser: