Office féd. de la statistique

Les indices de la production, des commandes, des chiffres d'affaire et des stocks dans le secteur secondaire au 3 e trimestre 2001

Ralentissement de la croissance dans l'industrie suisse

    Neuchâtel (ots) - Au 3ème trimestre 2001, l'industrie suisse n'a pas inversé le cap de ralentissement pris au 2ème trimestre. Par rapport au même trimestre de l'année précédente, la production n'y a augmenté que de 1,9%, les chiffres d'affaires à peine plus (+3,5%), tandis que le portefeuille de commandes (+ 8,2%) ainsi que les stocks (+7,9%) maintiennent des taux de progression proches du trimestre précédent. Les entrées de commandes on subi, consécutivement et de manière plus accentuée, une baisse de 2,6%. Ce sont là les principaux résultats de l'enquête trimestrielle sur l'évolution des affaires de l'industrie suisse réalisée par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

    Faible évolution de la production industrielle

    La production dans le secteur secondaire (sans la construction) n'a obtenu qu'un taux de croissance de 1,9% par rapport au trimestre correspondant de l'année précédente. Ce sont les biens d'investissement qui ont le plus souffert durant cette période.

    Les industries ayant obtenu des taux de progression supérieurs à 5% sont l'industrie du papier et du carton, de l'édition et de l'impression, l'industrie des «autres produits non métalliques», la production et distribution d'électricité, de gaz et d'eau ainsi que l'industrie chimique.

    Les industries avec des taux négatifs dépassant -5% sont l'industrie de la cokéfaction, raffinage de pétrole et combustibles nucléaires, les «autres industries manufacturières», l'industrie du cuir et de la chaussure, l'industrie de l'alimentation, des boissons et du tabac, l'industrie des équipements électriques, de la mécanique de précision et d'optique, l'industrie des machines et équipements ainsi que celle du textile et de l'habillement.

    Les chiffres d'affaires se sont contractés

    Les chiffres d'affaires dans le secteur secondaire (sans la construction) ont augmenté de 3,5% en une année. C'est le moins bon résultat enregistré depuis deux ans. Ce sont également les biens d'investissement qui ont abaissé les résultats.

    Les industries ayant su tirer leurs épingles du jeu sont l'industrie des «autres produits non métalliques», l'industrie chimique, l'industrie du papier et du carton, de l'édition et de l'impression ainsi que la production et distribution d'électricité, de gaz et d'eau.

    Les industries ayant vu leurs chiffres d'affaires diminuer de plus de 5 points sont celle de la cokéfaction, raffinage de pétrole et combustibles nucléaires, celle des «autres industries manufacturières», celle de l'alimentation, des boissons et du tabac ainsi que celle des équipements électriques, de la mécanique de précision et d'optique.

    Les entrées de commandes poursuivent leur régression

    Les entrées de commandes dans le secteur secondaire ont poursuivi leur marche négative (-2,6%) par rapport au même trimestre de l'année précédente (-3,4% si on y inclue la construction ). Cette diminution touche particulièrement les industries exportatrices fabriquant des biens d'investissement.

    Les baisses les plus importantes ont affecté l'industrie du cuir et de la chaussure, l'industrie des machines et équipements, l'industrie des équipements électriques, de la mécanique de précision et d'optique, les «autres industries manufacturières» ainsi que celle de l'alimentation, des boissons et du tabac.

    Les industries ayant obtenu des taux de croissance significatifs sont l'industrie des moyens de transport, l'industrie des autres produits non métalliques de même que celle du papier et du carton, de l'édition et de l'impression.

    La réserve de travail s'est stabilisée

    La croissance du portefeuille de commandes (sans la construction) s'est stabilisée avec un taux de croissance de 8,2% (7% si on y inclut la construction). Ce sont les biens de consommation non durable ainsi que dans une petite mesure les biens de consommation durable qui ont permis de réaliser ce résultat. On peut conclure que c'est la consommation privée qui maintient cette réserve de travail. Par contre le portefeuille de commandes des biens intermédiaires et celui des biens d'investissement ont subi une décroissance.

    Les stocks se maintiennent à un haut niveau

    Les stocks de produits finis des entreprises industrielles se sont stabilisés et ont atteint une croissance de 7,9% par rapport au trimestre correspondant de l'année précédente. Ce sont, là encore, les entreprises qui produisent des biens d'investissement qui ont accumulé des stocks.

    Les industries ayant accumulé plus que la moyenne sont l'industrie des moyens de transport, l'industrie de la métallurgie et travail des métaux, l'industrie des articles en caoutchouc et en matières plastiques, l'industrie des équipements électriques, de la mécanique de précision et d'optique, l'industrie des machines et équipements ainsi que celle du cuir et de la chaussure.

    Les industries ayant réduit leur stocks sont l'industrie des «autres produits non métalliques», l'industrie du textile et de l'habillement, les «autres industries manufacturières» ainsi que celle d'extraction de produits non énergétiques.

    Commandes au tél. +41/32/713'60'60, Fax: +41/32/713'60'61, E-Mail:

Ruedi.Jost@bfs.admin.ch

    Nouvelle publication:

    Office fédéral de la statistique: Evolution de la situation dans le secteur secondaire. Indices de la production, des commandes, des chiffres d'affaires et des stocks au 3ème trimestre 2001, Neuchâtel 2001. No de commande 039-0103.

ots Originaltext: OFS
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Luu Nguyen, OFS
Section de la production et du chiffre d'affaires
Tél. +41/32/713'61'47

Office fédéral de la statistique
Service d'information



Plus de communiques: Office féd. de la statistique

Ces informations peuvent également vous intéresser: