Office féd. santé publique

Le tricholome équestre peut être néfaste pour la santé

Berne (ots) - Champigons comestibles Le tricholome équestre ou jaunet(lat. Tricholoma equestre ou "Tricholoma flavovirens") est unanimement décrit dans la littérature comme un champignon comestible de grande qualité culinaire et, en conséquence, il figure dans la liste positive de l'ordonnance sur les champignons comestibles (OCh). C'est une espèce rare dans nos régions, que l'on trouve cependant parfois sur nos marchés comme produit importé. A ce jour, aucun cas d'intoxication par ce champignon n'a été rapporté en Suisse. Récemment, un "brief report" paru dans le "New England Journal of Medicine" ) rapporte 12 cas, survenus en France au cours des huit dernières années, de maladies sévères faisant suite à la consommation de grandes quantités de tricholomes équestres. Trois de ces patients sont finalement décédés. Les résultats des recherches faites par les scientifiques français indiquent que le champignon provoque une rhabdomyolyse chez les personnes particulièrement sensibles. Cette atteinte provoque une destruction et une diminution des cellules musculaires. Elle se manifeste par des douleurs et une faiblesse musculaire, de la fatigue, et peut en progressant devenir mortelle en raison d'une insuffisance cardiaque ou rénale. La libération accrue d'une certaine enzyme, probablement déclenchée par un des constituants du champignon, témoigne de la destruction des cellules musculaires. C'est ce qu'ont montré par la suite les essais d'alimentation faits sur des souris par les chercheurs français. Ces expériences tendent à confirmer l'hypothèse selon laquelle le tricholome équestre peut être responsable d'une rhabdomyolyse s'il est ingéré en très grande quantité. Le composant du champignon responsable de cet effet n'a jusqu'à présent pas encore pu être clairement identifié. En attendant que les causes exactes des décès soient élucidées, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande à titre préventif de renoncer à la consommation des ces champignons; il ne faudrait en aucun cas en ingérer de grandes quantités de façon répétée. L'OFSP rappelle à cette occasion qu'il faudrait consulter un médecin lors de suspicion d'intoxication ou de douleurs après ingestion d'un plat de champignons. Les épluchures de champignons et les restes du repas devraient si possible être apportés et montrés. L'OFSP recommande de ne consommer en règle générale que les champignons que l'on sait être à l'évidence comestibles ou qui ont été identifiés comme tels par un service de contrôle des champignons. ots Originaltext: Office fédéral de la santé publique (OFSP) Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Office fédéral de la santé publique Média et communication tél. +41 31 322 95 05

Ces informations peuvent également vous intéresser: