Office féd. santé publique

Consensus sur la teneur en graisses végétales

Comité Codex Alimentarius sur les produits cacaotés et le chocolat     Berne (ots) - Réuni à Fribourg du 3 au 5 octobre 2001 sous la présidence de la Suisse, le Comité du Codex Alimentarius sur les produits cacaotés et le chocolat a finalisé l'élaboration de la norme révisée concernant le chocolat. Celle-ci reconnaît principalement trois catégories de chocolat, à savoir le chocolat noir, le chocolat au lait et le chocolat blanc et prévoit l'ajout d'un maximum de 5% de graisses végétales autres que le beurre de cacao dans le chocolat. L'Office fédéral de la santé publique présidait les débats durant les trois jours de la 19e session qui réunissait 71 représentants de 21 Etats membres.

    Le Comité sur les produits cacaotés et le chocolat a finalisé l'élaboration de la norme révisée concernant le chocolat. Cette norme permet de définir clairement les exigences requises pour les chocolats d'importance internationale et susceptibles d'être commercialisés à travers le monde entier. Elle reconnaît principalement trois catégories de chocolat, à savoir le chocolat noir, le chocolat au lait ainsi que le chocolat blanc. Un consensus a été trouvé concernant l'addition d'un maximum de 5% de graisses végétales autres que le beurre de cacao dans du chocolat. A ce propos, il a été convenu que la désignation de tels produits devait clairement tenir compte de cette adjonction afin que le consommateur puisse faire la distinction entre les chocolats traditionnels et ceux qui contiendraient des graisses végétales.

    Le Codex Alimentarius est une organisation intergouvernementale financée par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette organisation a pour mission d'harmoniser les normes régissant les denrées alimentaires à l'échelle internationale. Le Comité du Codex sur les produits cacaotés et le chocolat fait partie des comités verticaux du Codex Alimentarius. Les normes établies par ces différents comités servent de référence aux pays membres pour élaborer leur législation alimentaire. En tant que pays membre fondateur, la Suisse participe activement à ses travaux et a assumé la présidence de la Commission principale du Codex dans le passé. Actuellement, elle accueille deux comités techniques dont elle assure aussi la présidence.

ots Originaltext: OFSP
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Pierre Studer, Office fédéral de la santé publique Berne,
tél. +41 31 322 95 05



Ces informations peuvent également vous intéresser: