Office féd. santé publique

Nouvelle version: Données épidémiologiques du VIH/sida

VIH/sida prévention: pas de relâchement!

    Berne (ots) - Les dernières données épidémiologiques publiées par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) font craindre un renversement de tendance de l'épidémie du VIH/sida en Suisse. Après plusieurs années de recul,  les tests VIH positifs déclarés par les médecins et les laboratoires indiquent des fluctuations irrégulières qui, si elles se maintiennent dans ce cadre jusqu'à la fin de l'année, pourraient résulter à 660 déclarations de tests VIH positifs pour l'année en cours, soit une augmentation de près de 13% par rapport à l'an dernier. Malgré une «normalisation» du sida dans l'opinion publique, l'OFSP n'a pas pour autant relâché ses efforts pour combattre cette épidémie, notamment dans les domaines de l'information,  de la prévention et du suivi épidémiologique de l'infection.

    Si cette nouvelle évolution se confirme, les femmes et les hommes ne seront pas touchés dans la même mesure. En effet, la proportion des femmes avec un test VIH positif pourrait diminuer au détriment des hommes et en particulier des consommateurs de drogues par injection. Ces tendances doivent encore être confirmées par les déclarations complémentaires des médecins. Il est à craindre qu'une diminution des précautions dans les situations à risque (rapports sexuels non protégés et échanges de seringues) ait conduit à une nouvelle augmentation du nombre test VIH positif. Cette situation pourrait être une conséquence de l'apparition de traitements antirétroviraux, qui freinent la progression de la maladie chez les personnes infectées, sans les guérir pour autant. Aussi, la crainte du sida pourrait s'être considérablement estompée.

    jusqu'à fin 2000, la statistique mensuelle des déclarations de tests VIH positifs montrait une tendance décroissante presque unique en Europe et confirmait ainsi le bien-fondé du concept de prévention du VIH suivi avec constance depuis le milieu des années huitante. Ces efforts ne se sont pas relâchés et se situent à divers niveaux: le suivi épidémiologique de la maladie, l'information du public - notamment par la campagne STOP SIDA - et la prévention ciblée des personnes les plus exposées. Dans ce dernier domaine, l'OFSP soutient ne nombreux programmes de prévention en collaboration avec l'Aide Suisse contre le Sida (ASS). Ces programmes s'adressent notamment aux femmes migrantes dans la prostitution, aux clients des prostituées, aux hommes aimant d'autres hommes et aux hommes se livrant à la prostitution. Dans le cadre de la politique de la drogue,  l'OFSP soutient des projets de prévention en faveurs des toxicomanes (échanges de seringues, précaution dans l'utilisation du matériel d'injection).

    Un article sur les statistiques du sida se trouve dans le bulletin no 39 de l'OFSP paru aujourd'hui : http://www.bag.admin.ch/dienste/publika/bulletin/2001/f/bull2001.htm

ots Originaltext: Office fédéral de la santé publique
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Susanne Matuschek, cheffe de la section sida, tél. +41 31 323 87 29
Helena Urfer, campagne STOP SIDA, tél. +41 31 323 87 69
Martin Gebhardt, épidémiologie, tél. +41 31 323 78 48



Plus de communiques: Office féd. santé publique

Ces informations peuvent également vous intéresser: