Dép. féd. enviro., transp., énerg., comm

AlpTransit et les barrages: lasécurité est impérative

    Berne (ots) - Dans le cadre de la réalisation des tunnels
AlpTransit, la Confédération a renforcé la surveillance de quatre
barrages. Ces mesures ont été prises sur la base d'expériences faites
en 1978. A cette époque, le barrage de Zeuzier a été fortement
endommagé suite au percement de la galerie du Rawil. Des dispositifs
d'auscultation complémentaires ont été mis en place pour les barrages
de Santa Maria, Curnera et Nalps dans la région du tunnel de base du
Gothard ainsi que pour le barrage de Ferden dans la région du
Lötschberg. Ces moyens, qui sont opérationnels, doivent permettre de
détecter les mouvements en surface et leurs éventuelles répercussions
sur les barrages.

    A plusieurs reprises, les médias ont évoqué la question de la
sécurité des barrages en relation avec l'exécution de travaux
souterrains et plus particulièrement le projet AlpTransit. Comme
divers points de vue ont été exprimés, il n'est pas inutile de
rappeler  pourquoi et de quelle manière la Confédération a décidé
déjà au début des années 90 de prendre des mesures destinées à
assurer la sécurité des barrages.

    Comme on a pu l'observer en Suisse, le percement d'un tunnel peut,
par un effet de drainage, occasionner des tassements d'un massif
rocheux fissuré et saturé d'eau avec des répercussions jusqu'en
surface. En effet, des ouvrages importants peuvent être affectés en
raison de mouvements différentiels. Ce fut notamment le cas du
barrage de Zeuzier qui, suite à l'exécution de la galerie de sondage
du Rawil en 1978, a subi des déformations inhabituelles importantes
entraînant des fissures du béton. De tels tassements ont aussi été
mis en évidence dans la région de la route du col du Saint-Gothard.
Une relation avec le percement du tunnel routier a été établie.  

    Fortes de ces constatations et des expériences acquises, les
autorités fédérales concernées ont jugé impératif, en 1992 déjà, de
prendre des dispositions spéciales    avant et durant la réalisation
des projets AlpTransit du Gothard et du Lötschberg, dont les tracés
se situent à l'aplomb de quatre barrages. Il s'agit des barrages de
Santa Maria, Curnera et Nalps dans la région du Gothard ainsi que du
barrage de Ferden dans la région du tunnel de base du Lötschberg. Des
mesures de surveillance adéquates, dont la mise en place d'un
dispositif d'auscultation spécial, doivent permettre de détecter à
temps tout phénomène anormal et de prendre toutes les mesures utiles
tant dans les tunnels qu'en surface. Lors du percement de la fenêtre
de Ferden dans le Lötschental, les campagnes de mesures géodésiques
exécutées n'ont pas mis en évidence des mouvements significatifs.  

    L'Office fédéral des eaux et de la géologie (OFEG), pour les
questions concernant la sécurité des barrages, et l'Office fédéral
des transports (OFT), pour le suivi des projets AlpTransit, assurent
la coordination de cette surveillance renforcée en collaboration avec
les sociétés AlpTransit Gothard SA et BLS AlpTransit SA chargées de
la réalisation des projets. Quant aux propriétaires et exploitants
des barrages, il s'agit d'une part des Forces motrices du Rhin
antérieur SA, pour les barrages de Santa Maria, Curnera et Nalps, et,
d'autre part, des Forces motrices de Lötschen SA, pour le barrage de
Ferden.    

ots Originaltext: DETEC
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
DETEC Département fédéral de l'Environnement,
des Transports, de l'Energie et de la Communication
Service de presse

Theodor Sonderegger, Office fédéral des eaux et de la géologie
2501 Biel
Tel. +41/32/328'87'28

Heinz Schöni, Office fédéral des transports
3003 Bern
Tel. +41/31/322'36'43



Plus de communiques: Dép. féd. enviro., transp., énerg., comm

Ces informations peuvent également vous intéresser: