Dép. fédéral de justice et police

L'OFP choisit des personnes-clés

    Berne (ots) - L'OFP choisit des personnes-clés pour faire face à ses nouveaux défis Judith Voney, nouvelle cheffe du Bureau de communication en matière de blanchiment d'argent

    L'Office fédéral de la police (OFP) a pris des décisions importantes sur le plan du personnel pour relever avec succès les défis qui vont se présenter dans les domaines de la criminalité économique et du crime organisé. D'une part, les postes-clés du Bureau de communication en matière de blanchiment d'argent (BCB) ont été repourvus et, d'autre part, l'OFP mettra à profit les synergies que fera naître le projet national de création d'une "Haute école spécialisée en criminologie économique".

    Dès le 1er février 2001, le BCB sera dirigé par Madame Judith Voney, avocate de 34 ans. Judith Voney réunit les conditions idéales pour assumer ses nouvelles tâches. En qualité de cheffe suppléante de la Police criminelle du canton de Berne, elle est aujourd'hui responsable de la lutte contre la criminalité économique et contre le crime organisé, et elle organise des cours spécifiques de formation et de perfectionnement. Elle a suivi une formation de cadre à l'Institut suisse de police de Neuchâtel et accompli un stage de formation de plusieurs mois à la FBI National Academy, aux Etats-Unis. Enfin, elle dispose des relations nationales et internationales nécessaires.

    Le remplaçant de Judith Voney sera Monsieur Lorenzo Gerber. Juriste de formation, il est âgé de 50 ans et est bilingue français-italien. En tant que membre de la direction d'une grande banque suisse, il apporte dans sa nouvelle fonction les connaissances pratiques idéales. C'est ainsi que dans le cadre de ses activités, il a été appelé à s'occuper de transactions financières internationales et de flux des capitaux. En outre, il était responsable de l'application de la Convention de diligence des banques suisses dans le domaine du blanchiment d'argent. Lorenzo Gerber prendra ses fonctions à l'OFP le 1er décembre prochain.

    Les prédécesseurs des deux nouveaux responsables procéderont à la transmission des dossiers d'ici à la fin du mois de novembre de cette année, ce qui assurera un passage de témoin dans les meilleures conditions possibles et évitera ainsi toute perte de savoir-faire. La lutte contre le blanchiment d'argent: une tâche essentielle de l'OFP.

    Opérationnel depuis le 1er avril 1998, le BCB est devenu un instrument efficace du dispositif de lutte contre le blanchiment en Suisse. Dès le 1er janvier 2001, il sera rattaché à la division "Services", dirigée par Arnold Bolliger, en tant que section propre nouvellement créée et comptera six collaborateurs (quatre jusqu'ici). Le BCB conserve sa fonction de plaque tournante entre les intermédiaires financiers et les autorités judiciaires et policières.

    Etant donné que la lutte contre le blanchiment d'argent ne peut pas être abordée isolément mais qu'elle doit être placée, la plupart du temps, dans le contexte de la poursuite du crime organisé, le nouveau concept de l'OFP prévoit trois piliers actifs dans le domaine de la lutte contre le blanchiment d'argent. Outre le BCB, le "Service d'analyse et de prévention" procèdera à des analyses et à des appréciations de la situation approfondies. S'agissant des enquêtes ouvertes dans des affaires de blanchiment d'argent, elles seront menées, après l'entrée en vigueur de ce que l'on appelle le "projet efficacité" ("Effizienzvorlage"), par la "Police judiciaire fédérale" sous l'égide du Ministère public de la Confédération.

    Grâce à ces nouvelles structures, la lutte contre le blanchiment d'argent sera une tâche essentielle de l'office. Ce faisant, l'OFP tient également compte des nouvelles compétences attribuées à la Confédération par la concrétisation (décidée entre-temps) du "projet efficacité" pour lui permettre de mieux lutter non seulement contre le blanchiment d'argent, mais aussi contre la criminalité économique, contre la corruption et contre le crime organisé.

    Synergies avec la future Haute école spécialisée en criminologie économique

    Dans la perspective des nouvelles compétences fédérales en matière de criminalité économique, l'OFP va mettre à profit de nouvelles synergies. M.Adrian Lobsiger, l'actuel chef de la Section Analyse criminelle de l'OFP, qui dirigera le Service juridique du même office dès le 1er janvier 2001, a éténommé secrétaire du projet national "Haute école spécialisée en criminologie économique" par son organe dirigeant présidé par le conseiller d'Etat Hanspeter Uster. Parallèlement, M. Lobsiger prendra la direction de la formation postgrade en criminologie économique de la Haute école spécialiséeen économie de Lucerne. Dans le cadre de ses activités, il devra développer l'offre des cours, mettre sur pied un institut rattaché à cette haute école, et coordonner les programmes de formation des instituts de Lucerne et de Neuchâtel. Adrian Lobsiger pourra également faire profiter les étudiants de l'expérience qu'il a acquise au cours de sa formation dans l'espace anglo-saxon (Master of Law).

    Alors que la haute école spécialisée bénéficiera du savoir-faire pratique de l'OFP, celui-ci sera d'une part constamment au fait des nouveaux développements académiques en matière de criminalité économique. L'office profitera d'autre part de la formation offerte par la haute école spécialisée, ce d'autant plus que le "projet efficacité" préconise le recrutement de collaborateurs hautement qualifiés.

    Le chef du Service de sécurité passe dans l'économie privée

    M. Rolf Schatzmann, chef du Service de sécurité de l'administration fédérale (SID), quitte l'OFP à la fin de cette année pour relever un nouveau défi dans l'économie privée. M. Schatzmann a dirigé le SID pendant 12 ans et grandement contribué à son développement. Son successeur au SID est déjà connu depuis cet été: il s'agit de M. Zsolt Madarasz, actuellement chef de section et adjoint de direction à l'OFP. M. Madarasz a été nommé comme successeur de M. Schatzmann dans le cadre de la réorganisation de l'office. Conformément à celle-ci, M. Schatzmann aurait dû assumer la fonction nouvellement créée de chef d'état-major dès janvier 2001. Ce poste sera maintenant mis au concours.

ots Originaltext: Office fédéral de la police OFP
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Office fédéral de la police OFP, Service d'Information.



Plus de communiques: Dép. fédéral de justice et police

Ces informations peuvent également vous intéresser: