Département fédéral de l'intérieur

La statistique agricole n'a jamais été aussi importante

Neuchâtel (ots) - Dans un domaines qui connait d'aussi profondes mutations que l'agriculture, les informations statistiques sont d'une importance déterminante pour la formation de l'opinion et la planification. La statistique agricole d'aujourd'hui doit fournir des données qui permettent d'analyser l'évolution du secteur primaire dans le temps, dans l'espace et au niveau international. En publiant les «Reflets de l'agriculture suisse», l'Office fédéral de la statistique (OFS) présente à l'intention d'un large cercle de lecteurs les principales informations statistiques concernant ce secteur économique, sous une forme facilement accessible. Des changements importants au niveau de l'économie en général Depuis 1991, la valeur ajoutée brute du domaine de l'agriculture et de la sylviculture ne cesse de diminuer tant en termes absolus qu'en pourcentages. Par ailleurs, la part des personnes actives occupées dans le secteur primaire par rapport à l'ensemble des branches est tombée de 8,6 à 4,7% entre 1970 et 1998. Les autres pays européens ont connu une évolution identique, mais dans des proportions différentes: en Espagne, par exemple, cette part est tombée de 29,5 à 7,9% pendant la même période, alors qu'elle s'est réduite de 8,6 à 2,8% en Allemagne. Pour survivre, les exploitations doivent être de plus en plus grandes Les résultats des recensements des entreprises agricoles illustrent clairement les changements structurels qui remodèlent ce secteur. Il n'y a pas si longtemps de cela, cette branche comptait encore une proportion importante de petites exploitations agricoles, dont la survie est aujourd'hui compromise. La longue série chronologique établie pour les différentes classes de grandeurs des exploitations révèle que même les structures agricoles relativement grandes sont désormais contraintes, elles aussi, de mettre fin à leurs activités et que la survie des exploitations dépend de plus en plus de leur capacité d'expansion. Jusqu'en 1990, on constatait encore une hausse du nombre des exploitations de 15 à 20 hectares de surface agricole utile (SAU); depuis 1996, le seuil de croissance s'est déplacé vers les exploitations de 20 à 25 hectares. Cette évolution touche principalement les personnes qui travaillent dans le secteur agricole. Si les exploitations agricoles deviennent toujours plus grandes, leur nombre diminue de même que celui des emplois dans ce secteur. Entre le recensement des entreprises agricoles de 1990 et celui de 1996, le nombre des emplois a reculé de 41800 dans les entreprises ne dépassant pas 20 ha de SAU, alors qu'il n'a augmenté que de 13400 dans celles de plus de 20 ha. L'écologie et la santé dans le secteur primaire Les statistiques dites de synthèse revêtent de plus en plus d'importance. Le raccordement des données statistiques avec des indicateurs permet d'obtenir des valeurs pertinentes et mesurables, qui renseignent sur les relations entre les faits observés et les influences auxquelles ils sont soumis. Il est par exemple possible d'établir le bilan des éléments nutritifs en couplant les données recueillies (utilisation du sol, effectifs des animaux de rente, production) avec les résultats de la recherche (fixation, dépôt et accumulation d'azote). Ainsi, l'indicateur «excédent d'azote par ha de SAU» fait état d'une baisse de 24% entre les moyennes des trois années 1985/87 et de 1995/97. Il renseigne sur le caractère écologique et durable de l'agriculture au même titre que d'autres indicateurs analogues. Par ailleurs, les résultats de l'enquête suisse sur la santé de l'OFS (1997) ont servi à établir des comparaisons entre l'état de santé des agriculteurs et celui du reste de la population. Selon ces résultats, un agriculteur sur deux déclare avoir mal au dos. Parmi le reste de la population, seuls 35% des hommes souffrent de tels maux. Les douleurs articulaires touchent 41% des agriculteurs, contre 34% du reste de la population masculine. Les accidents de travail sont également plus fréquents dans le milieu agricole que dans les autres professions. ots originaltext: DFI Internet: www.newsaktuell.ch Contact: Jean-François Fracheboud, OFS, Section de l'agriculture et de la sylviculture, tél. +41 32 713 67 34, Commandes de publications: tél.+41 32 713 60 60, fax +41 32 713 60 61, E-Mail: Ruedi.Jost@bfs.admin.ch Nouvelle publication: OFS, Reflets de l'agriculture suisse, édition 2000, Neuchâtel 2000, numéro de commande: 214-0000, prix: 18 francs. Internet: www.statistique.admin.ch.

Ces informations peuvent également vous intéresser: