Greenpeace

Greenpeace: 18 mois de prison pour les défenseurs non violents des baleines?

Zurich/Jungfraujoch (ots) - À l'occasion de la journée de la mer au Japon, des militants de Greenpeace ont exigé, depuis le sommet du Jungfraujoch, un jugement équitable pour Junichi et Toru, les deux défenseurs des baleines. Un procureur japonais veut les incarcérer pendant 18 mois. Sous le regard des touristes japonais, des militants de Greenpeace ont déployé aujourd'hui sur le «toit de l'Europe» une grande baleine gonflable, une bannière portant l'inscription «Jailed for protecting whales?», des tracts et le portrait des deux défenseurs des baleines, afin d'exiger que ces derniers puissent bénéficier d'un procès équitable. La perspective de voir les deux collaborateurs de Greenpeace passer 18 mois derrière les barreaux, séparés de leurs femmes et de leurs enfants, est un choc, non seulement pour Greenpeace, mais pour tous les défenseurs des droits de l'homme. Ni la protestation pacifique contre une chasse à la baleine totalement superflue, cruelle et néfaste pour l'environnement, ni la subtilisation temporaire d'un carton rempli de viande de baleine ne peut justifier une peine de prison. Le 8 juin 2010, deux ans après que Junichi Sato et Toru Suzuki aient révélé un scandale de corruption dans l'industrie baleinière japonaise, le procès contre les deux défenseurs de l'environnement est arrivé à son terme dans la préfecture d'Aomoria, au Nord du Japon. Les déclarations des deux collaborateurs de Greenpeace ont été confirmées par certains membres d'équipage du baleinier «Nissin Maru». Pourtant, le procureur a requis une peine de 18 mois de prison, simplement parce que les deux accusés ont, en mai 2008, saisi dans un entrepôt un carton contenant de la viande de baleine afin de prouver que l'équipage du «Nissin Maru» avait prélevé, pour son propre enrichissement, les meilleures pièces de viande pour une valeur de plusieurs milliers de francs suisses. L'affaire est sensible, car la chasse à la baleine à caractère pseudo-scientifique bénéficie au Japon de généreuses subventions publiques, si sensible que les plaignants veulent désormais envoyer les deux membres de Greenpeace derrière les barreaux. La motivation politique de cette procédure est évidente. Son objectif est de briser la résistance contre la chasse à la baleine. Violant l'indépendance de la justice, des représentants du gouvernement ont caviardé, au point de les rendre incompréhensibles, des dossiers du Ministère de la pêche qui auraient été importants pour la défense des deux protecteurs des baleines. Le caractère disproportionné de leur arrestation et de leur détention préventive durant près de quatre semaines est contraire à la Charte internationale des droits de l'homme, comme l'a officiellement dénoncé un groupe de travail de l'ONU. Le jugement est attendu début septembre. Dans 99,8% des cas, les juges japonais reconnaissent coupables les accusés. Greenpeace met tout en oeuvre pour empêcher qu'il en soit ainsi et pour obtenir la libération de Junichi et de Toru. Greenpeace veut montrer au gouvernement japonais que la Suisse, comme le reste du monde, suit avec attention le sort que le Japon réserve aux défenseurs pacifiques des baleines. Photos disponibles sur: www.greenpeace.org/switzerland/de/Uber-uns/Medienstelle Pour décharger les photos: Login: Presse, Mot de passe: Greenpeace Vidéos disponibles dès 15h00: Connexion FTP: transfer.greenpeace.ch Utilisateur: bildextern, Mot de passe: Nagufa85 ots Originaltext: Greenpeace Internet: www.presseportal.ch/fr Contact: Bruno Heinzer Responsable de la campagne Océans Greenpeace Suisse Mobile: +41/79/400'88'31 Nadia Boehlen Porte-parle de Greenpeace Suisse Tél.: +41/44/447'41'11

Ces informations peuvent également vous intéresser: