Gesellschaft Schweizer Tierärztinnen und Tierärzte (GST)

Réglementation du service de piquet dans l'air du temps

Bern (ots) - La Société des Vétérinaires Suisses (SVS) s'engage en faveur d'une modification des dispositions légales relatives au travail du dimanche et de nuit dans les cabinets vétérinaires. Elle veut ce faisant améliorer les possibilités de planification des services de piquet.

En médecine vétérinaire, les soins en urgence requièrent un service de piquet durant la nuit de même que les dimanches et jours fériés. Il s'avère de plus en plus difficile de l'assurer tout en satisfaisant simultanément les besoins des vétérinaires employés. Les petits cabinets, jusqu'à 4 collaborateurs en particulier, peinent à satisfaire les dispositions actuelles de la loi sur le travail concernant le service de piquet. Une modification de l'ordonnance 2 relatives à la loi sur le travail veut désormais introduire une réglementation mieux adaptée aux conditions prévalant dans la pratique. La Société des Vétérinaires Suisses (SVS) soutient cette adaptation, qui est actuellement en procédure de consultation.

L'interruption prescrite à ce jour de deux semaines après le dernier emploi en service de piquet devrait être biffée, afin d'améliorer les possibilités de planification. Les employés devraient donc pouvoir, à l'avenir, prendre en charge régulièrement le service de piquet une fois par semaine. Une nouvelle réglementation s'avère en effet nécessaire, car le nombre de cabinets individuels a reculé ces dernières années. Les jeunes vétérinaires travaillent de plus en plus en qualité d'employés et sont ainsi soumis à la loi sur le travail, à l'inverse des détenteurs de cabinets indépendants. Par ailleurs, les besoins en horaires de travail fixes augmentent, afin de concilier vie professionnelle et famille.

L'année dernière, la SVS s'est adressée au Secrétariat d'État à l'économie (SECO), afin de rechercher une réglementation du service de piquet qui soit mieux adaptée aux conditions prévalant aujourd'hui dans la pratique. Dans le même temps pratiquement, le Conseil fédéral traitait une motion correspondante déposée au Parlement. Dans sa réponse, il souhaitait que l'on trouve une solution praticable. La consultation en cours est le résultat de ces deux motions. À titre d'association faîtière des vétérinaires suisses, la SVS représente aussi bien les intérêts des employeurs que ceux des employés. La modification d'ordonnance en consultation est un projet équilibré pour les deux parties.

Il est de plus en plus difficile d'assurer, en Suisse, un service d'urgences vétérinaires durant 365 jours, 24 heures sur 24. Cela vaut en particulier dans le secteur des animaux de rente, où les soins vétérinaires en urgence, en particulier dans les régions rurales, sont de plus en plus difficiles à satisfaire et peinent à couvrir les frais. Les vétérinaires dépendent de conditions générales adaptées, afin de pouvoir garantir l'offre de soins vétérinaires.

Contact:

Service médias SVS, tél. 031 307 35 37, media@gstsvs.ch



Plus de communiques: Gesellschaft Schweizer Tierärztinnen und Tierärzte (GST)

Ces informations peuvent également vous intéresser: