Fraport AG

Rapport intermédiaire de Fraport - premier semestre 2011: Fraport continue à tirer profit de la croissance mondiale du trafic aérien

Francfort, Allemagne (ots) - -

- Les recettes, les BAAIA et les résultats financiers du Groupe sont en hausse au terme du premier semestre

Les recettes, les résultats d'exploitation (BAIIA - bénéfices avant intérêts, impôts et amortissements) et les résultats financiers du Groupe Fraport ont poursuivi leur amélioration au cours du premier semestre de 2011. Les recettes ont augmenté d'environ 11% en glissement annuel, de 1,015 à 1,126 milliard d'euros, tandis que les résultats d'exploitation (BAIIA) du Groupe ont augmenté de 17,7%, de 304,6 à 358,4 millions d'euros. Les résultats du Groupe ont plus que doublé, de 52 à 105,2 millions d'euros, comparativement au premier semestre de l'exercice précédent.

"Au cours du premier semestre de 2011, le Groupe Fraport a également bénéficié du positionnement idéal de ses aéroports sur le marché mondial du transport aérien", a expliqué le Dr. Stefan Schulte, président du Comité de direction de Fraport AG. Parallèlement à la hausse importante du trafic de passagers à l'échelle du Groupe, les résultats financiers clés de Fraport ont été affectés positivement par des effets de base, résultant de la baisse des recettes précipitée par la crise du nuage de cendres volcaniques d'avril 2010.

Les dépenses liées au personnel ont augmenté d'environ 3% (soit de 14,5 millions d'euros) au cours de ce premier semestre, pour atteindre 462,9 millions d'euros. Cela peut être attribué à la tendance continuellement à la hausse du trafic, qui a obligé l'Aéroport de Francfort (FRA) à recruter davantage de personnel opérationnel en particulier - avec le recrutement de près de 600 nouveaux employés. "Cette évolution reflète la position économique solide du Groupe Fraport et souligne l'importance de l'Aéroport de Francfort en tant que créateurs d'emplois", a insisté le Dr. Schulte.

Les coûts non liés au personnel (dépenses matérielles et autres coûts d'exploitation) ont grimpé de 11,4%, de 304,6 à 339,2 millions d'euros, en raison de redevances de concession liées au trafic plus élevées pour les activités commerciales externes de Fraport et à cause d'effets spéciaux résultant de la vente de biens immobiliers à Francfort. Ainsi, les dépenses d'exploitation totales ont augmenté de 6,5%, de 753 à 802,1 millions d'euros en glissement annuel. Par rapport à l'évolution des recettes, cette augmentation est disproportionnellement plus faible et a mené à une hausse de 53,8 millions d'euros des résultats d'exploitation (BAIIA), s'élevant à 358,4 millions d'euros.

Les résultats financiers ont également connu une croissance positive, de moins 92,6 à moins 59,8 millions d'euros. Les facteurs décisifs contribuant à cette croissance ont inclus la hausse de la valeur des instruments dérivés sur le marché, des intérêts créditeurs supérieurs, ainsi qu'une capitalisation accrue des intérêts débiteurs pour la construction d'importants projets comme la nouvelle Piste Nord-Ouest et la nouvelle expansion Pier A-Plus au Terminal 1. Parallèlement à l'évolution positive de l'exploitation, cela a contribué à la hausse des résultats financiers du groupe de 53,2 à 105,2 millions d'euros. Les bénéfices par action en circulation ont donc augmenté de 0,58 à 1,13 EUR.

La croissance continue du trafic durant le second trimestre de 2011 a considérablement contribué aux résultats semestriels solides de Fraport. Les cinq aéroports dont Fraport AG est majoritairement propriétaire ont accueilli environ 43 millions de passagers au cours du premier semestre de 2011, soit une hausse de 11,4% en glissement annuel. L'Aéroport de Francfort a pris en charge 26,5 millions de passagers (hausse de 8,3%). Le trafic de passagers a augmenté encore plus rapidement à l'Aéroport de Lima (LIM), dans la capitale du Pérou, et à l'Aéroport d'Antalya (AYT), dans la région touristique de la Riviera turque - les deux investissements étrangers les plus importants du Groupe Fraport. LIM a enregistré 5,6 millions de passagers (hausse de 18,7%), tandis qu'AYT a enregistré près de 10 millions de passagers (hausse de 16%).

Les segments commerciaux "Aviation" et "Vente au détail et Immobilier" de Fraport ont totalisé chacun plus d'un tiers de la croissance des recettes. Les volumes supérieurs de passagers ont entraîné une hausse des recettes issues des redevances aéroportuaires, ainsi que des effets positifs issus des activités Vente au détail et Stationnement. Les recettes de vente au détail nettes par passager sont passées de 3,02 à 3,15 EUR. La vente d'un site de construction dans le parc logistique Mönchof, situé près de FRA, est également à l'origine d'effets positifs additionnels.

"J'ai toutes les raisons de penser que l'évolution positive de la société se poursuivra pendant le second semestre de 2011 - à condition que notre industrie n'ait pas à faire face à des grèves prolongées", a ajouté le Dr. Schulte en confirmant la prévision du Groupe pour 2011. "Selon nos estimations actuelles, la croissance du trafic de passagers devraient être comprise dans la fourchette supérieure de notre prévision de 4 à 7% pour 2011. "En se basant sur cette prévision, explique le Dr. Schulte, nos recettes devraient croître de 2,2 milliards d'euros l'an passé à plus de 2,3 milliards d'euros en 2011. Tout comme au terme de l'exercice précédent, les BAIIA du Groupe devraient augmenter de 10 à 15% (2010: 710,6 millions d'euros). Concernant la croissance du trafic de passagers, le Dr. Schulte prédit également que les BAIIA devaient atteindre la fourchette supérieure de la prévision. Malgré des effets spéciaux plus élevés en 2010, le résultat global devrait être légèrement inférieur au niveau de l'exercice précédent.

Par la même occasion, le PDG de Fraport a tenu à exprimer une mise en garde au sujet du fardeau représenté par l'inclusion de l'aviation au sein du système européen d'échange de quotas d'émission. "Une introduction unilatérale d'échange de quotas d'émission pour l'aviation affaiblirait non seulement le secteur du transport aérien allemand, mais aussi la compétitivité de notre économie axée sur l'export dans son ensemble. Il s'agit déjà d'une distorsion de la concurrence lorsque d'autres régions d'aviation importantes demeurent exclues. Il est clair que les passagers intercontinentaux auront alors un intérêt économique pour contourner ou éviter l'Europe", a insisté le Dr. Schulte.

Inclure l'aviation dans l'échange de quotas d'émission est totalement inacceptable lorsque d'autres États - comme ils menacent de le faire - imposent des droits punitifs à l'encontre des compagnies aériennes européennes. Par conséquent, dans l'intérêt de l'industrie du transport aérien, le Dr. Schulte appelle les politiciens allemands et européens à abandonner ce plan et à engager de nouvelles négociations.

Contact:

Fraport AG Services internationaux de l'Aéroport de Francfort
Robert A. Payne, B.A.A. - Directeur principal de la presse et des RP
internationales
Porte-parole international, Bureau de presse (Dépt. UKM-PS),
Communications institutionnelles,
60547 Francfort-sur-le-Main, Allemagne
Tél.: +49-69-690-78547
E-Mail:r.payne@fraport.de
Internet: http://www.fraport.com


Ces informations peuvent également vous intéresser: