Bundesamt für Verkehr BAV

Les Ministres des transports des pays alpins ont confirmé leur volonté de renforcer la sécurité des transports et le transfert du trafic

Berne (ots) - Mardi, les ministres des transports des pays alpins étaient invités par le conseiller fédéral Moritz Leuenberger à se rencontrer à Regensberg (ZH). A cette occasion, ils ont confirmé leur volonté de renforcer ensemble et en fonction des besoins des pays alpins la sécurité du trafic lourd transalpin ainsi que son transfert sur le rail. Ils ont chargé l’organe de pilotage d’élaborer des propositions afin de mieux réguler le trafic routier et d’établir une vue d’ensemble sur les mesures visant à transférer le trafic de la route au rail. Les ministres des transports Manfred Stolpe pour l’Allemagne, Gilles de Robien pour la France, Pietro Lunardi pour l’Italie et le secrétaire d’Etat au Ministère autrichien des transports Helmut Kukacka ont participé à cette rencontre, de même qu’à titre d’observateur, un représentant de la Commission européenne. Les ministres ont constaté avec satisfaction que le processus engagé en novembre 2001 à Zurich, destiné à améliorer la sécurité du trafic sur les axes de transit alpin, a trouvé sa forme et fourni de premiers résultats. La conférence a eu lieu sur l’initiative du chef du DETEC Moritz Leuenberger, suite à de graves accidents survenus dans des tunnels alpins, notamment dans le tunnel routier du St-Gothard. Etant donné la quantité croissante du trafic et l’augmentation des risques dans l’Arc alpin, les ministres ont décidé d’élaborer une stratégie commune en faveur d’une meilleure sécurité et d’harmoniser les mesures entre eux et en fonction de la gestion des flux de trafic. Afin de concrétiser la déclaration de Zurich et de surveiller sa mise en œuvre, les ministres des transports ont mis sur pied un « organe permanent de pilotage pour la sécurité des transports et la mobilité dans la zone alpine ». A Regensberg, les ministres ont pris connaissance des premiers résultats et ils ont attribué à l’organe de pilotage les mandats pour les deux prochaines années. Comme prévu, la présidence de la conférence a été transmise de la Suisse à la France. Le ministre français des transports, Gilles de Robien, continuera les travaux rapidement et prévoit une nouvelle rencontre dans les deux ans. Le comité de pilotage est placé sous la présidence de Paul Schwach, directeur des affaires économiques et internationales au Ministère français des transports. L’organe de pilotage a reçu comme nouvelle tâche de dresser une vue d'ensemble des mesures de sécurité techniques applicables aux poids lourds et, si nécessaire, une liste de propositions de solutions complémentaires. Il dressera un état des lieux des règles applicables concernant les conditions de travail des chauffeurs et proposera des mesures propres à mieux respecter les conditions en vigueur. Parallèlement, l’organe de pilotage examinera un plus grand nombre de solutions pour remplacer le trafic purement routier (p. ex. le trafic combiné). Les ministres ont également chargé le comité de pilotage d’étudier comment la sécurité des tunnels avec circulation à double sens peut être améliorée par des mesures d’infrastructure et d’exploitation. Premiers résultats A la fin de 2002, sous la direction de Max Friedli, Directeur de l’Office fédéral des transports (OFT), l’organe permanent de pilotage a constitué trois groupes de travail et il a défini leurs mandats respectifs. Le premier groupe de travail, sous la présidence autrichienne, traite le sujet de la « sécurité du trafic dans les tunnels ». Avec en arrière-plan les expériences tragiques faites au travers des graves accidents survenus dans les pays alpins, il a pu marquer de façon déterminante l’élaboration d’une directive européenne sur les exigences minimales que doit remplir le système sécuritaire des tunnels routiers sur le réseau transeuropéen. Le groupe veut maintenant définir l’état d’avancement des travaux relatifs à la sécurité des tunnels ferroviaires et, le cas échéant, déterminer les mesures à prendre en commun dans l’Arc alpin. Dirigé par la France et désormais par la Suisse le deuxième groupe s’occupe de la régulation et du transfert du trafic. Parmi ses tâches principales figure l’élaboration d’une proposition concernant des mesures communes de régulation du trafic routier dans l’Arc alpin. Cela étant, il convient aussi d’examiner les instruments de pilotage conformes au marché (tels que la bourse du transit alpin). Ces mesures doivent tenir compte des répercussions sur le transfert du trafic. En outre, ce groupe se penchera sur un nouveau projet qui vise à intensifier les contrôles du trafic lourd. Le troisième groupe de travail est présidé par l’Italie et coordonne les divers recensements des données relatives au trafic des voyageurs et de marchandises dans la zone alpine. Son objectif est d’élaborer une base de données aussi homogène que possible, afin que l’infrastructure des différents pays soit planifiée de manière harmonisée. Berne/Regensberg (ZH), le 11 mai 2004 DETEC Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication Service de presse Renseignements: Porte-parole du DETEC, Catherine Bellini, 079 408 69 04 Porte-parole de l’OFT, Davide Demicheli, 079 777 53 86

Ces informations peuvent également vous intéresser: