Bundesamt für Verkehr BAV

BAV: Meilleurs dispositifs de communication pour les malentendants dans les transports publics

      Berne (ots) - C’est sous le titre « 8e audition de l’IGGH » qu’une
discussion a eu lieu, le samedi 2 novembre 2002 à Berne, à propos
des nouveaux dispositifs de communication que les transports publics
pourraient mettre à la disposition des malentendants. Plus de 70
personnes atteintes de surdité et quelque 25 représentants des
entreprises de transport et de l’industrie se sont rencontrés sur
l’initiative du Service de l’ Office fédéral des transports (OFT)
compétent pour les questions des handicapés, du Bureau suisse
personnes handicapées et transports (BöV) et de la Communauté
d’intérêt des sourds et des malentendants (IGGH). Par cette
rencontre, les organisateurs voulaient proposer des idées et des
solutions en vue de la future loi sur l’égalité des droits pour les
personnes handicapées (Lhand), qui entrera vraisemblablement en
vigueur en 2004. Les entreprises de transport et les organisations
des personnes handicapées sont maintenant appelées à trouver en
commun des solutions acceptables.

    Aussi longtemps que les informations sur les retards ou les changements de voie sont visibles, elles ne présentent pas de problèmes pour les personnes handicapées utilisant les transports publics. Les communications par haut-parleurs sont inutiles pour les malentendants. Or la situation devient critique, par exemple, lorsqu’un malentendant lance un cri d’alarme devant un appareil SOS et d’information et qu’il reçoit ensuite des instructions verbales. Lorsqu’il faut dialoguer avec un interlocuteur, les défis posés au malentendant sont plus grands.

    Il serait concevable que les colonnes SOS et d’information permettent tant une communication visuelle – au moyen d’un écran de visualisation – qu’une communication acoustique. Une telle solution serait cependant plutôt complexe du point de vue technique et relativement onéreuse. Une autre solution serait d’assurer la communication avec l’interlocuteur au moyen d’un téléphone portable personnel via les colonnes SOS et d’information (p.ex. grâce au nouveau système de transmission « Bluetooth ») ou directement par SMS via un numéro gratuit. Toutefois, il s’en faut de beaucoup pour que toutes les gares régionales des chemins de fer privés ou toutes les stations des bus postaux soient équipées d’une ligne de données. Les malentendants évaluent assez négativement les solutions fondées sur des amplificateurs à induction, car les champs électriques existant dans les gares occasionnent des perturbations et les bruits ambiants entravent beaucoup la transmission de l’information.

Transports et égalité des droits pour les personnes handicapées

    La mobilité revêt une grande importance pour les personnes à mobilité réduite. En Suisse, elle est assurée grâce à la densité du réseau des transports publics. Jusqu’à présent, les personnes à mobilité réduite n’ont pas pu utiliser ces derniers en bénéficiant des mêmes droits que les personnes non-handicapées. La loi sur l’égalité des droits pour les personnes handicapées (Lhand) prévoit notamment que les transports publics devront, à l’avenir, être conformes aux exigences des personnes handicapées chaque fois que c’est possible. La loi est actuellement débattue par le Parlement. Elle entrera vraisemblablement en vigueur en 2004. Dans l’intervalle, l’OFT définira les profils d’exigences techniques en collaboration avec l’Union des transports publics (UTP) et le Bureau suisse personnes handicapées et transports (BöV). Mais les organisations des personnes handicapées et les entreprises de transport sont aussi appelées à joindre leurs forces pour trouver en commun de nouvelles solutions réalistes.

   Berne, le 5 novembre 2002 OFFICE FEDERAL DES TRANSPORTS Communication

Renseignements : Office fédéral des transports, Communication, tél. 031/322 36 43



Plus de communiques: Bundesamt für Verkehr BAV

Ces informations peuvent également vous intéresser: