MeteoSchweiz

Pollen d'ambroisie en Suisse: Le Tessin est le plus touché

Ambroisie (Traubenkraut, Ambrosia artemisiifolia)

      Zurich (ots) - Le réseau national de mesure du pollen de
MétéoSuisse a enregistré cet été de fortes concentrations de pollen
d'ambroisie au sud des Alpes. Le risque de développer une allergie
au pollen de cette plante discrète mais envahissante est donc
particulièrement important pour les habitants du Tessin.

    En août et septembre, de fortes concentrations de pollen d'ambroisie ont été mesurées au cours de 15 journées à Lugano. Ce sont 4 jours de plus que l'an passé et nettement plus que lors des années précédentes. Huit jours de forte concentration ont aussi été relevés à Locarno. La région lémanique a été quelque peu épargnée cette année par le pollen d'ambroisie, mais malgré tout, les mesures y ont décelé quatre jours où des valeurs élevées ont été atteintes. Seuls quelques grains de pollen d'ambroisie ont été captés dans les autres régions du nord des Alpes. Les allergies à l'ambroisie ne s'y sont pas encore manifestées jusqu'à présent. Les mesures de pollen de MétéoSuisse permettent de mettre en évidence les régions à risque, c'est-à-dire celles où les concentrations de pollen sont suffisamment élevées pour provoquer une allergie.

    Une partie du pollen d'ambroisie mesuré en Suisse provient de la plaine du Pô et de la partie française de la vallée du Rhône. Les jours avec fort vent du sud et du sud-ouest, les concentrations de pollen d'ambroisie s'accroissent considérablement. Comme le pollen produit localement, ce pollen transporté peut conduire à des allergies chez des personnes sensibilisées.

    Le pollen d'ambroisie peut déclencher de sévères manifestations allergiques: réactions des voies respiratoires et des yeux, mais aussi de la peau, par contact direct. Les allergies à l'ambroisie évoluent souvent vers l'asthme. Des symptômes allergiques peuvent déjà se manifester en présence de concentrations nettement inférieures que, par exemple, pour le pollen des graminées. En août et septembre, la floraison de l'ambroisie prolonge considérablement la période de risque pour les personnes allergiques au pollen, qui autrement se termine en juillet.

    Cet été, la présence d'ambroisie a été découverte dans de nombreux sites nouveaux en Suisse. C'est en particulier dans les jardins familiaux que cette plante annuelle a germé, à partir de graines provenant de nourriture pour oiseaux. Dans la région lémanique et au sud du Tessin, l'ambroisie a poursuivi sa progression: elle pousse en grand nombre sur certaines surfaces agricoles et le long des routes. Le risque d'allergie croît fortement au voisinage de telles surfaces abondamment colonisées. Comme dans les pays voisins, il est à craindre que l'ambroisie poursuive son extension en Suisse. Il est donc très important que cette plante soit dès maintenant combattue, avant qu'elle n'entraîne des problèmes plus importants. Ces mesures préventives épargneront à la Suisse d'énormes coûts. La méthode d'éradication la plus efficace est l'arrachage de la plante avec sa racine, de préférence avant la floraison afin d'éviter le risque de sensibilisation. Pour éliminer des plantes découvertes plus tard, lors de la pollinisation, il faut se protéger avec des gants et un masque à poussière. Les personnes sujettes au rhume des foins ne devraient pas s'acquitter elles-mêmes de cette tâche. Le plus important reste d'éviter que l'ambroisie se ressème, car ses graines sont parfois capables de germer après quarante années passées dans le sol (!); une durée pendant laquelle la surveillance sera nécessaire afin que l'invasion ne reprenne pas. Les graines d'ambroisie mûrissent dès fin septembre et en octobre, c'est donc actuellement le bon moment pour effectuer des contrôles.

Pour plus d'informations MétéoSuisse Biométéorologie et environnement Bernard Clot Tél 026 662 62 59 pollen@meteosuisse.ch



Plus de communiques: MeteoSchweiz

Ces informations peuvent également vous intéresser: