KPMG

KPMG augmente son chiffre d'affaires et ses bénéfices malgré la morosité conjoncturelle - Renforcement des parts de marché dans le conseil fiscal

    Zurich (ots) - Au cours du dernier exercice arrêté au 30 septembre 2003, KPMG a réalisé en Suisse un chiffre d'affaires en augmentation de 4,1%, élevant ainsi le produit de ses honoraires à 343,8 millions de francs. Le conseil fiscal, qui a enregistré une hausse de 17 % de ses parts de marché, a largement contribué au bon résultat de l'exercice.

    KPMG a su de nouveau, par ses propres moyens, poursuivre son chemin sur la voie d'un développement positif. Le résultat consolidé reflète les ambitions que le groupe s'était fixées sur un marché pourtant âprement disputé. Représentant 46 % du chiffre d'affaires (158,9 millions de francs, + 9,4 %), le secteur audit (révision des comptes) constitue toujours le pilier porteur des activités du groupe. Avec une croissance de 17 %, le conseil fiscal a enregistré une croissance notable et gagné de nouvelles parts de marché. Les prestations de Risk Advisory Services (révision interne, Information Risk Management) affichent également une forte hausse de 22,7 %, tout comme le secteur KPMG private (+ 11,9 %). En revanche, deux secteurs accusent un léger recul : Financial Advisory Services (-7,4 %) et KPMG Legal (-15,4 %). Le bénéfice avant impôts (EBIT) est passé de 4,6 à 5,6 millions de francs.

    Développement des prestations de service et gestion resserrée des finances

    "L'accroissement du chiffre d'affaires s'explique par le fait que nous avons très rapidement réagi aux nouvelles attentes des clients et aux besoins du marché, à l'exemple des secteurs révision interne et Information Risk Management, des adaptations aux nouvelles normes de présentation des comptes telles que IFRS ou US GAAP, ainsi que du Risk Management", commente Jakob Baer, Senior Partner et CEO de KPMG Suisse. Le développement de ces  compétences additionnelles a nécessité des investissements substantiels. C'est la raison pour laquelle l'amélioration du résultat est due, dans une large mesure, à une gestion resserrée des finances et à une exploitation plus efficace des frais d'infrastructures. "En alliant l'augmentation du chiffre d'affaires  à une gestion plus stricte des ressources, nous sommes parvenus à augmenter notre rendement, ce qui se répercute indubitablement sur le résultat", explique Jakob Baer.

    Avec un volume d'honoraires de 62,5 millions de francs (+17 %), le secteur Tax (Conseil fiscal) est l'un des principaux piliers de KPMG en Suisse. Sur un marché à croissance modérée, ce développement notable est le signe d'un renforcement de la position du groupe sur le plan concurrentiel. Au cours du dernier exercice, l'effectif du secteur conseil fiscal est passé de 190 à 225 (+35) collaboratrices et collaborateurs.

    KPMG Suisse romande en croissance

    La croissance et le développement de KPMG en Suisse romande ont été supérieurs à la moyenne suisse. En outre, KPMG renforce sa présence dans les centres urbains de Genève, Lausanne, Fribourg, Neuchâtel et Delémont, sans pour autant délaisser les autres régions.

    Conséquences de la sévérité croissante des réglementations

    Les nouvelles dispositions concernant l'indépendance des organes de révision ont conduit à une redistribution accentuée des mandats fiscaux entre les quatre grandes associations de vérificateurs aux comptes. "Bien que ni la loi américaine Sarbanes-Oxley ni la législation suisse n'exigent une séparation de l'audit et du conseil fiscal, plusieurs sociétés cotées en bourse ont décidé de ne plus laisser leurs auditeurs fournir des prestations de conseil fiscal. Et KPMG a tiré un profit considérable de cette redistribution des rôles", explique Hubert Achermann, membre du Comité de direction et partenaire dirigeant du conseil fiscal de KPMG Suisse.

    Formation et garantie de la qualité : deux grandes chevilles ouvrières

    Les exigences quant aux compétences professionnelles des vérificateurs aux comptes et des conseillers ne cessent de croître. Chaque année, KPMG investit directement plus de 8 millions de francs dans la formation de ses collaboratrices et collaborateurs, et impose 120 heures de formation par an à ses vérificateurs. Les directives réglementaires sont complétées par des mesures internes. Le secteur contrôle interne des risques et de la qualité et le secteur Compliance (contrôle interne du respect de toutes les exigences relatives à l'exercice de la profession et à l'indépendance) ont été considérablement renforcés par un personnel compétent et expérimenté. Ce train de mesures a pour objectif de répondre aux exigences élevées du marché et du public.

    "Nous constatons que l'image du vérificateur aux comptes évolue positivement. Les entreprises nous considèrent aujourd'hui comme un élément important dans le système intégré du processus de gestion en matière de risque, de controlling interne et de reporting", conclue Jakob Baer.

    KPMG International est un leader des services de révision comptable, de conseil fiscal, juridique et financier. A l'échelle mondiale, KPMG emploie près de 100'000 collaborateurs dans 150 pays. Les activités de KPMG Suisse sont intégrées à KPMG Holding (le membre suisse de KPMG International). Sous ce toit, KPMG emploie en Suisse près de 1500 personnes réparties dans treize sites. Dans l'exercice 2003, KPMG Suisse a réalisé un chiffre d'affaires de 343,8 millions de francs, ce qui représente une augmentation de 4,1 % par rapport à l'exercice précédent. Vous trouverez de plus amples informations sur www.kpmg.ch.

ots Originaltext: KPMG
Internet: www.newsaktuell.ch/f

Contact:
KPMG
Stefan Mathys
Corporate Communications
Tél.      +41/1/249'27'74  
Mobile: +41/79/227'98'31
E-Mail: kpmgmedia@kpmg.ch



Plus de communiques: KPMG

Ces informations peuvent également vous intéresser: