Staatssekretariat für Wirtschaft (SECO)

Le chômage en décembre 2003
moyenne de l'année 2003

      Berne (ots) - Selon les relevés du Secrétariat d’Etat à
l’économie (seco) 162’835 chômeurs étaient inscrits à la fin du mois
de décembre 2003, soit 6’237 de plus que le mois précédent. Le taux
de chômage a augmenté en glissement mensuel de 4,0% à 4,1%. 228’245
demandeurs d'emploi étaient inscrits au total auprès des offices
régionaux de placement, soit 5’963 de plus que le mois précédent.

    Si l’évolution du nombre de chômeurs en 2003 affiche parfois un certain parallélisme avec l’année 2002, il faut néanmoins souligner une différence importante au second semestre de l’année, soit un ralentissement notable de la progression mensuelle du chômage par rapport aux mêmes mois de l’année précédente. Entre juillet et décembre 2003, l’augmentation du chômage en glissement mensuel n’atteignait, pour chaque mois, que la moitié environ de la progression observée en 2002. Après avoir encore augmenté davantage que l’année précédente en février, le chômage a subi une baisse à peine perceptible jusqu’en juin. Le cours relativement stable qui a suivi au second semestre laisse présager d’une tendance à l’amélioration.

    Après avoir atteint 142'023, (pour un taux de chômage de 3,6%) en février, le nombre de personnes au chômage a légèrement baissé jusqu’en juin où il est redescendu à 140'485 (avec un taux de chômage inchangé de 3,6%). On observe ensuite à une montée quasi linéaire du chômage jusqu’à fin décembre où il se situe à 162’835 (4,1%).

    Le nombre moyen de chômeurs inscrits s’est établi à 145’687 personnes (3,7%) en 2003, ce qui représente 45’183 ou 45,0% de plus qu’en 2002.

    L'effectif total des demandeurs d'emploi (chômeurs inscrits plus demandeurs d'emploi non chômeurs inscrits) a connu une évolution différente. Si aucun recul n’a été observé tout au long de l’année, le chômage n’a progressé que modérément de février (197'493 personnes) à août (205'636). A partir d’octobre, la hausse s’est renforcée sous l’effet de facteurs saisonniers notamment, et ne semble pas s’arrêter. Le nombre des demandeurs d'emploi inscrits a atteint de ce fait 206’491 en moyenne annuelle (soit 56’882 de plus que l'année précédente).

    L'exercice 2003 se soldera pour le fonds de compensation, selon les estimations actuelles, par des recettes de cotisations de 5,7 milliards de francs (2002: 6,8 milliards) et des recettes totales de 6,4 milliards de francs (2002: 7,2 milliards), des dépenses totales de 7,2 milliards de francs (2002: 5,2 milliards) et un excédent de dépenses de 0,8 milliard de francs (2002: excédent de recettes de 2,0 milliards).

    Places vacantes annoncées en décembre 2003 Quant au nombre de places vacantes annoncées aux mêmes offices régionaux de placement, il a diminué de 1’609 unités, passant à 6’043.

    Réductions de l'horaire de travail en novembre 2003 En novembre 2003, les réductions de l'horaire de travail (chômage partiel) ont touché 7'567 personnes, soit 1'129 de moins (-13,0%) que le mois précédent. Le nombre des entreprises ayant eu recours à de telles mesures a diminué de 33 (-4,7%), passant à 668, celui des heures de travail perdues de 146'312 (-25,6%), pour s’établir à 424'605. L’année précédente à la même époque (novembre 2002), le chômage partiel avait sévi dans 598 entreprises, touchant 8'409 personnes et entraînant la perte de 503'953 heures de travail. Ces chiffres se fondent sur les relevés du Secrétariat d'Etat à l'économie (seco).

    3'178 personnes arrivées en fin de droits en octobre 2003 Selon les données provisoires fournies par les caisses de chômage, 3’178 personnes ont épuisé leurs droits aux prestations de l'assurance-chômage dans le courant du mois d’ octobre 2003. Sur ce nombre, à fin décembre 2003, 1’432 personnes (45%) étaient toujours inscrites à un office régional de placement et continuaient donc à être prises en compte dans la statistique. 345 autres (11%) avaient trouvé un emploi dans l'intervalle. En ce qui concerne les 1’401 personnes arrivées en fin de droits (44%) restantes qui n'étaient plus inscrites à un office régional de placement, diverses hypothèses sont envisageables: reprise d'une activité lucrative, retrait du marché du travail ou renonciation à exercer une activité lucrative, commencement ou poursuite d'une formation, départ à l'étranger, poursuite de la recherche d'emploi sans recourir aux services des offices régionaux de placement.

Dernière publication Le chômage en Suisse 2002, 100 pages, Fr. 13.- N° de commande 126-0200, commandes par tél.: 032 713 60 60

Renseignements: Rita Baldegger, seco, chef de la Presse, tél. 031 323 37 90

http://www.seco.admin.ch/news/00231/index.html?lang=fr



Plus de communiques: Staatssekretariat für Wirtschaft (SECO)

Ces informations peuvent également vous intéresser: