Bundesamt für Raumentwicklung (ARE)

ARE: Nouveaux chiffres sur les coûts externes des transports

      Berne (ots) - Le montant total des coûts pour l'environnement et
des coûts des accidents du trafic routier et ferroviaire qui ne sont
pas pris en charge par les usagers des transports est resté
relativement stable ces dix dernières années. La politique de
protection de l'air de la Confédération et des cantons a aussi
contribué à cette stabilisation. De nouvelles études de l'Office
fédéral du développement territorial (ARE) indiquent que ces coûts
externes s'élèvent à quelque 5 milliards de francs par an. Les
calculs sont prudents et incomplets, par conséquent, les hypothèses
retenues sous-estiment les coûts réels. En actualisant les coûts
externes des transports, l'Office fédéral du développement
territorial (ARE) a rempli son mandat légal.

    Avec l'introduction de la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP), le Parlement a confié à l'administration le mandat légal d'établir régulièrement les coûts et les avantages externes des transports en fonction des plus récentes connaissances scientifiques en la matière. Les derniers chiffres dataient le plus souvent de l'année de référence 1993 et n'étaient donc plus actuels. L'Office fédéral du développement territorial a désormais mis à jour ces calculs en intégrant des catégories de coûts qui n'étaient pas prises en considération jusque là.

    Aperçu des études Les coûts externes sont des coûts pour l'environnement et des coûts des accidents générés, mais pas pris en charge par les transports. Les nouveaux calculs de l'ARE comprennent quatre domaines où de tels coûts sont imputables aux transports: les coûts de la santé dus à la pollution de l'air, les coûts occasionnés par le bruit, les coûts externes dans le domaine de la nature et du paysage ainsi que les dégâts aux bâtiments. Une cinquième étude portant sur les coûts externes des accidents est déjà parue en 2002. Ces études ne tiennent pas compte du trafic aérien.

    Résumé des résultats Il ressort des quatre nouvelles études et des résultats déjà publiés sur les coûts externes des accidents que le trafic routier et ferroviaire engendre des coûts externes de l'ordre de 5 milliards de francs par an, ce qui correspond à environ 1,25 pourcent du produit intérieur bruit de la Suisse pour les années de référence 1998/2000. Le trafic routier a généré quelque 4,7 milliards de francs de coûts externes, soit 93 pourcent, et le trafic ferroviaire le solde, soit 0,3 milliard de francs, ou 7 pourcent. Ainsi, le trafic routier est à l'origine de la majeure partie des coûts externes. D'une part, la route représente des prestations de transports nettement plus grandes que le rail, d'autre part, le trafic routier produit plus d'émissions et présente un risque plus élevé d'accident par rapport au nombre de voyageurs. Une présentation plus détaillée des résultats et des méthodes de calcul est annexée au présent communiqué de presse.

    Évaluation Une comparaison avec les calculs précédents montre que le montant total des coûts externes des transports est resté plus ou moins stable cette dernière décennie. Certes, par exemple, la politique de protection de l'air menée par la Confédération et par les cantons a porté ses fruits en réduisant la pollution et, par conséquent, le nombre de cas de maladie et de décès mais, dans le même temps, l'évaluation de la morbidité et de la mortalité a dû être revue à la hausse sur la base de nouveaux résultats de la recherche. Les coûts présentés ici reposent sur des estimations très prudentes et se limitent aux cinq domaines mentionnés. Il manque notamment des données sur les coûts externes des transports concernant le climat, les dégâts occasionnés aux forêts et la baisse des récoltes. Ces lacunes sont en train d'être comblées avec une étude ultérieure, dont les résultats seront connus d'ici l'automne 2005. Les méthodes employées sous-estiment les coûts externes réels des transports. Ces nouveaux chiffres constituent une base pour des statistiques et pour les scientifiques. Ils peuvent apporter une contribution aux discussions actuelles en matière de politique des transports.

Berne, le 18 janvier 2005 Office du développement territorial État-major de l'information Renseignements: Christian Albrecht, chef section Politique des transports, Office fédéral du développement territorial (ARE), tél. 031 322 55 57 Andrea Ledergerber, État-major de l'information, Office fédéral du développement territorial (ARE), tél. 031 322 49 14 ou 079 335 76 39

http://www.are.admin.ch/are/fr/medien/mitteilungen/02907/index.html



Plus de communiques: Bundesamt für Raumentwicklung (ARE)

Ces informations peuvent également vous intéresser: