Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Addiction Suisse Hospitalisations pour intoxications alcooliques : les jeunes ne sont pas les seuls concernés

Lausanne (ots) - En 2010, près de 27'000 personnes ont été hospitalisées en Suisse pour une dépendance à l'alcool ou une intoxication alcoolique. Les cas de dépendances à l'alcool et d'intoxications alcooliques se rencontrent plus fréquemment chez les patients d'un certain âge. Sur mandat de l'Office fédéral de la santé publique, Addiction Suisse a analysé les hospitalisations dues à l'alcool entre 2003 et 2010, sans se limiter aux adolescents et aux jeunes adultes mais en prenant en considération toutes les classes d'âge.

Près de 90% des quelques 12'000 personnes hospitalisées pour une intoxication alcoolique en 2010 avaient plus de 23 ans. Les adolescents et les jeunes adultes constituent environ 10% de cette population. « En ce qui concerne les adolescents, il est frappant de constater que les hospitalisations pour intoxications alcooliques sont plus nombreuses chez les 14-15 ans, alors que les états d'ivresse augmentent jusqu'au début de l'âge adulte. Cela indique qu'à cet âge, les jeunes manquent d'expérience en matière de gestion de l'alcool et qu'ils risquent donc plus facilement de dépasser leur seuil de tolérance », explique Matthias Wicki, auteur de l'étude et chercheur auprès d'Addiction Suisse.

Cette toute nouvelle étude montre que dans la classe d'âge des 10-23 ans, les hospitalisations pour intoxications alcooliques ont augmenté de 73% entre 2003 et 2010. Elles étaient en léger recul en 2009 et 2010, pour atteindre le niveau de 2007. Leur nombre reste très élevé et inquiète les professionnels. Une intoxication alcoolique peut en effet conduire au décès. Outre les symptômes d'empoisonnement tels que trous de mémoire, fortes nausées, voire troubles cardiovasculaires et coma, une consommation excessive d'alcool augmente considérablement le risque d'accidents et de blessures, d'actes de violence ou de comportements agressifs. Ces conséquences affectent aussi l'entourage.

Dépendance à l'alcool fréquemment diagnostiquée En 2010, 19'000 personnes ont été hospitalisées pour dépendance à l'alcool, dont 15'000 uniquement pour une dépendance et 4000 présentant en outre les symptômes d'une intoxication alcoolique. La dépendance à l'alcool est plus fréquemment diagnostiquée à mesure que l'âge avance. Cette maladie se développe généralement suite à des années de consommation abusive. Lorsque des patients d'un certain âge sont admis à l'hôpital pour des états de forte ivresse, il ne s'agit pas toujours uniquement d'intoxications alcooliques. Près de la moitié des 45-74 ans hospitalisés pour ce motif présentent une dépendance à l'alcool. « Dans ce groupe d'âge, qui peut faire face à des problèmes particulièrement lourds, les hospitalisations ont rarement pour cause un abus d'alcool  pour le "plaisir". Elles découlent bien plus souvent d'une dépendance à l'alcool ou de problèmes psychiques », ajoute Matthias Wicki.

La pointe de l'iceberg Les chiffres ne reflètent pas l'ampleur du problème. L'étude se base sur des données issues de la statistique médicale des hôpitaux et ne prend en compte que les traitements hospitaliers. Elle n'inclut pas les personnes que la police ramène ivres chez elles, qui sont traitées par leur médecin de famille ou par les traitements semi-hospitaliers.

Un défi pour la prévention L'étude montre qu'il est urgent d'agir. Outre des soins médicaux, les personnes hospitalisées pour une intoxication alcoolique ou une dépendance à l'alcool doivent pouvoir bénéficier d'un entretien de conseils et recevoir du soutien si elles en ont besoin, comme c'est déjà le cas dans certaines régions. C'est ce que vise le programme national alcool (PNA), qui a financé la présente étude. Le PNA élabore des dispositifs qui montrent comment mettre en place une collaboration étroite entre les hôpitaux, les centres de consultation en addictologie et les autres acteurs du domaine. Entretiens individuels, groupes d'entraide et tests d'évaluation des comportements à risques aident les personnes concernées à prendre conscience de leurs habitudes de consommation.

« Nous sommes inquiets du grand nombre d'adolescents et de jeunes adultes hospitalisés pour intoxications alcooliques » constate Michel Graf, directeur d'Addiction Suisse. Il faut redoubler d'efforts en matière de prévention et intervenir le plus tôt possible afin d'empêcher que les comportements problématiques ne deviennent des habitudes. Il importe en particulier de mettre en place des mesures cohérentes pour protéger la jeunesse. « L'interdiction de vente d'alcool doit être renforcée, poursuit Michel Graf. Il faut pour cela sensibiliser encore davantage la société au fait que les mineurs sont particulièrement vulnérables face aux boissons alcooliques. »

L'étude Hospitalisierungen aufgrund von Alkohol-Intoxikation oder Alkoholabhängigkeit bei Jugendlichen und Erwachsenen (avec un résumé en français) prend en compte toutes les personnes ayant séjourné à l'hôpital en Suisse entre 2003 et 2010, ainsi que leur diagnostic. Contrairement aux publications précédentes, cette étude ne considère que les personnes ayant subi un traitement hospitalier durant la période considérée (2003-2010). En effet, depuis 2009, les statistiques médicales des hôpitaux n'incluent plus les traitements semi-hospitaliers.

Contact:

Corine Kibora
Porte-parole
ckibora@addictionsuisse.ch
Tél.: 021 321 29 75



Plus de communiques: Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: