Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Addiction Suisse Dopage au quotidien: mythe ou réalité ?

Lausanne (ots) - De plus en plus de personnes en bonne santé prennent des médicaments ou d'autres substances dans le seul but d'améliorer leurs performances. Or l'action qu'on prête à ces produits n'est pas scientifiquement prouvée, alors que les risques et les effets secondaires restent difficiles à évaluer. Le phénomène n'est pas sans conséquence pour la société et il soulève des questions éthiques. Addiction Suisse lui consacre un document dressant un état des lieux détaillé des débats.

Être performant vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Se dépasser en permanence pour remplir les exigences toujours plus poussées du monde du travail ou des études. Se maintenir constamment au sommet de sa forme, si nécessaire avec l'aide de substances censées augmenter la productivité. C'est la tendance qui s'observe actuellement. Dans un nouveau document de base, Addiction Suisse donne des éléments pour mieux comprendre cette thématique complexe. « Il faut informer au sujet de ces produits et lancer un débat public sur l'évolution des exigences de la société » dit Irene Abderhalden, vice-directrice d'Addiction Suisse.

L'expression générique de « dopage au quotidien » sert à désigner toutes les tentatives qu'entreprennent des personnes saines pour améliorer leurs performances physiques et cérébrales au-delà de la normale et lutter contre la fatigue, la douleur ou l'anxiété. Au nombre des substances utilisées, on trouve les antidépresseurs, les médicaments pour le traitement des démences, les stimulants et les bêtabloquants, consommés par des personnes en bonne santé en dehors du cadre thérapeutique prescrit. L'alcool, le tabac et des substances illégales comme les anabolisants, les amphétamines, le cannabis et la cocaïne sont également censés augmenter la concentration, la mémoire ou la capacité d'apprentissage.

Une chose est sûre : l'action attribuée à la plupart de ces substances n'est pas scientifiquement prouvée et il est presque impossible d'évaluer tous leurs effets secondaires. Les risques à long terme demeurent largement inconnus. Certains produits induisent ponctuellement une amélioration de la performance dans des domaines bien précis, par exemple la concentration, mais ils diminuent simultanément d'autres facultés, comme la créativité. « Dans le doute, pour être certain de ne pas nuire à sa santé, il vaut mieux s'abstenir », conseille Irene Abderhalden.    À chaque problème sa pilule ? Les professionnels s'inquiètent de l'augmentation de la consommation de médicaments. Ils constatent un phénomène de société global: les gens ont de plus en plus tendance à recourir à des moyens pharmaceutiques pour répondre aux exigences croissantes du quotidien et faire face à leurs problèmes. Les stimulants ne sont pas seuls en cause. Les tranquillisants et les anxiolytiques ont également la cote.   Le document de base d'Addiction Suisse met en lumière les implications sociétales et éthiques d'une problématique qui dépasse le cadre de la santé : où nous mène cette course effrénée à la performance ? Est-il justifié et acceptable que des personnes en bonne santé augmentent leur rendement par des moyens artificiels qui leur confèrent un avantage compétitif ? Les gens devront-ils bientôt se sentir personnellement coupables si leurs succès restent plus modestes ?   Un débat critique est nécessaire En Suisse, les données statistiques sont peu abondantes concernant la consommation de produits destinés à augmenter la performance. Mais l'offre et la demande devraient vraisemblablement continuer à croître car on attend des gens qu'ils soient toujours au top dans leurs tâches professionnelles et leur vie privée. Le marché des substances dopantes est aujourd'hui très vaste ; on peut facilement se les procurer en trois clics sur internet. Dans une optique préventive, il est donc important de lancer un débat critique et de se poser des questions de fond avant de se trouver face à un problème de santé publique majeur. Le document de base d'Addiction Suisse a pour objectif d'y contribuer

Vous pouvez télécharger le document de base complet à l'adresse suivante : http://www.addictionsuisse.ch/fileadmin/user_upload/DocUpload/Dopage_quotidien.pdf

Plus d'informations sur notre site internet http://www.addictionsuisse.ch

Vous trouverez le présent communiqué de presse sur : http://www.addictionsuisse.ch/fr/actualites/communiques-de-presse

Contact:

Ségolène Samouiller
Porte-parole
ssamouiller@addictionsuisse.ch
Tél.: 021 321 29 84



Plus de communiques: Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: