Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

ISPA : Consommation problématique d'alcool chez les adolescents et les jeunes adultes

Lausanne (ots) - La dernière Enquête suisse sur la santé le montre: la consommation problématique d'alcool chez les adolescents et les jeunes adultes a augmenté. Globalement, la population résidant en Suisse boit moins fréquemment de l'alcool qu'en 2002. L'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA) a analysé les données relatives à la consommation d'alcool récoltées dans le cadre de l'Enquête suisse sur la santé 2007. Un aperçu. L'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA) a analysé sur mandat de l'Office fédéral de la santé publique les données relatives à la consommation d'alcool recueillies dans le cadre de la dernière Enquête suisse sur la santé, menée en 2007. Les personnes interrogées étaient âgées d'au moins 15 ans et vivaient en Suisse. Les chiffres représentatifs montrent une augmentation de la consommation problématique d'alcool chez les adolescents et les jeunes adultes. Consommation problématique Les réponses aux questions portant sur les problèmes liés à l'alcool indiquent que 83% des jeunes de 15 à 24 ans présentent une consommation à faible risque ou sont abstinents. En 1997, ils étaient encore 89%. La part de ceux présentant une consommation d'alcool à risque plus élevé, nocive ou nécessitant un traitement a donc augmenté. Les questions portant sur les quantités consommées en moyenne par jour font également ressortir qu'une part plus importante des adolescents et des jeunes adultes courent des risques élevés. Si l'on considère l'ensemble des groupes d'âge, il apparaît que, pour les femmes, la situation est restée stable entre 1997 et 2007. Il est encourageant de constater que la consommation à risque élevé d'alcool a globalement légèrement baissé chez les hommes, reculant de 3,3% en 1997 à 2% en 2007. Les études scientifiques montrent que les hommes courent un risque élevé lorsqu'ils consomment en moyenne plus de 60 grammes d'alcool pur par jour, ce qui correspond à au moins 5 bières de 3 dl. Pour les femmes, le risque est élevé dès qu'elles absorbent plus de 40 grammes d'alcool par jour, ce qui correspond à environ 4 verres standard ou plus. Il s'agit de la quantité habituellement servie dans un restaurant (1 bière de 3dl, 1 verre de vin, 1 verre d'eau-de-vie correspondent à un verre standard, soit 10 à 12 grammes d'alcool pur). Répartition de la consommation totale Selon les calculs de l'ISPA, qui s'appuient sur l'Enquête suisse sur la santé, la moitié de l'alcool consommé annuellement l'est par à peine 13% de la population. L'autre moitié est consommée par environ 70% de la population. Les 17% restants ne boivent pas d'alcool, la part des femmes abstinentes étant deux fois plus élevée que celle des hommes. Recul de la fréquence de la consommation En 2007, 14% des résidents suisses consommaient de l'alcool au moins une fois par jour. Chez les hommes, ils étaient un sur cinq, contre à peine une femme sur dix. Le pourcentage des consommateurs quotidiens augmente avec l'âge chez les hommes. Parmi le groupe des hommes de plus de 75 ans, 45% boivent une boisson alcoolique au moins une fois par jour. La comparaison des données des Enquêtes suisses sur la santé de 1997, 2002 et 2007 laisse apparaître un léger recul chez les personnes qui consomment quotidiennement de l'alcool. Les femmes boivent moins que les hommes Parmi les personnes interrogées, 26% ont déclaré boire de l'alcool moins d'une fois par semaine. Ce pourcentage a légèrement augmenté, de 4%, par rapport à 2002. Là encore, il s'avère que les femmes consomment moins souvent des boissons alcooliques que les hommes: 19% des hommes et 33% des femmes ne consomment que rarement de l'alcool. Pas de culture nationale en matière de boisson Les trois régions linguistiques de la Suisse se différencient en matière de consommation d'alcool. Avec 28%, c'est au Tessin que le pourcentage de consommateurs quotidiens est le plus élevé. Dans le même temps, avec 34%, la proportion de personnes qui s'abstiennent totalement d'alcool y est la plus forte. Il en va autrement en Suisse alémanique: avec 15%, c'est là que se trouvent le moins de personnes s'abstenant d'alcool, mais aussi le moins de consommateurs quotidiens (12%). La Suisse romande occupe la place du milieu avec 19% d'abstinents et 19% de consommateurs quotidiens. En 2007, les Romands et les Alémaniques ont bu à peu près la même quantité de bière par personne. Les Tessinois en boivent moins. Dans cette partie de la Suisse, on consomme plus de vin par personne qu'en Suisse romande et, davantage encore qu'en Suisse alémanique. Poursuivre sans relâche les efforts de prévention "Le léger recul global de la consommation d'alcool au cours des dix dernières années est encourageant. Il ne doit toutefois pas masquer le fait que la consommation de la population résidant en Suisse reste à un niveau élevé et que l'alcool est une cause fréquente d'accidents et de blessures", déclare Michel Graf, directeur de l'ISPA. Chez les 15-24 ans, l'évolution est préoccupante: le groupe des consommateurs problématiques parmi les adolescents et les jeunes adultes s'accroît. Selon l'ISPA, les efforts de prévention doivent être poursuivis sans relâche, aussi bien par des mesures structurelles (p. ex. les dispositions relatives à la protection de la jeunesse), que par la prévention centrée sur l'individu (sensibilisation, information). L'ISPA propose de nombreux outils pédagogiques et d'information destinés aux écoles, ainsi qu'aux adolescents, jeunes adultes, parents et organisateurs de fêtes. "Pour faire baisser la forte consommation moyenne d'alcool par tête, il faut notamment informer de manière approfondie sur les risques pour la santé de la consommation d'alcool", explique Michel Graf. Enquête suisse sur la santé L'Enquête suisse sur la santé permet d'établir l'état de santé de la population résidant dans le pays et les risques encourus. L'Office fédéral de la statistique mène cette enquête tous les cinq ans, celle de 2007 étant la plus récente. Elle livre des données détaillées sur la consommation d'alcool en Suisse. L'ISPA a analysé ces données sur mandat de l'Office fédéral de la santé publique. Les tableaux actualisés sur la consommation d'alcool de la population résidant en Suisse sont d'ores et déjà accessibles sur le site web de l'ISPA, à la rubrique Statistiques. L'ISPA en bref La protection de la santé est au centre des préoccupations de l'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA). L'ISPA entend prévenir ou réduire les problèmes liés à la consommation d'alcool et d'autres substances psychoactives. Il conçoit et met en place des projets de prévention et s'engage dans la politique de la santé et la recherche psychosociale. L'ISPA est une organisation privée, indépendante de tout parti politique, reconnue d'utilité publique. Vous trouverez ce communiqué de presse sur le site Internet de l'ISPA : http://www.sfa-ispa.ch/index.php?IDtheme=26&IDcat7visible=1&langue=F Contact: Corine Kibora Porte-parole de l'ISPA ckibora@sfa-ispa.ch Tél. : 021 321 29 75

Plus de communiques: Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: