Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Street Parade de Zurich: risques et effets secondaires des cocktails de pilules et d'alcool

    Lausanne (ots) - Le 9 août prochain, les fans de la Street Parade vont à nouveau faire trembler les rives zurichoises au rythme effréné de leurs danses. L'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA) tient à leur disposition des dépliants d'information sur les risques de la consommation de substances psychoactives. Boire de l'alcool pour étancher sa soif est à déconseiller, car risqué, et prendre de l'ecstasy ou d'autres drogues est dangereux. Associées à la consommation de diverses drogues, les pilules d'ecstasy produisent des effets imprévisibles.

    Les fans de la Street Parade aiment la musique électronique et son atmosphère stridente. Pour beaucoup, la consommation de substances psychoactives en fait intimement partie. Celles et ceux qui, en dépit des risques encourus, décident d'en prendre devraient absolument respecter quelques règles à même d'en réduire les risques, notamment en ayant aussi une consommation modérée d'alcool. Car danser sous la chaleur estivale entraîne une importante déperdition d'eau, menaçant le corps de surchauffe. Or l'alcool augmente cette déshydratation. Aussi l'ISPA insiste-t-il sur la nécessité de recourir à des boissons sans alcool pour étancher sa soif. Les personnes qui, en plus de l'alcool, consomment aussi des drogues courent un risque accru, ces mélanges ayant des effets imprévisibles. C'est ainsi que le mélange d'alcool et d'ecstasy ou de cocaïne assèche encore plus l'organisme. Peuvent s'ensuivre des nausées, des vomissements, voire un collapsus cardiovasculaire. Combiner alcool et GHB ou GBL peut entraîner une paralysie respiratoire, une perte de connaissance, voire même la mort.

    "Ceux qui veulent ne courir aucun risque renoncent aux drogues", conclut avec bon sens Jacqueline Sidler, responsable de la prévention à l'ISPA. Outre l'alcool et le tabac, nombre de ravers prennent de l'ecstasy, du speed, du cannabis, de la cocaïne, des amphétamines, du LSD ou du GHB (connu aussi sous le nom de "liquid ecstasy"). Les effets de ces pilules colorées, poudres et liquides sont non seulement dangereux pour la santé mais aussi imprévisibles. Maux de tête, déprime, nausées ou crampes peuvent survenir; quant aux pilules d'ecstasy surdosées, elles peuvent causer des dommages irréparables au cerveau.

    Principales règles permettant de réduire les risques d'une consommation de drogue · Etancher sa soif avec des boissons sans alcool! Danser et transpirer entraînent une déshydratation. L'association musique, light show et ecstasy peut conduire à un état de transe. · Ne pas mélanger diverses substances: leurs effets ne vont pas simplement s'additionner mais provoquer d'autres effets imprévisibles. · La couleur et la forme ne disent rien quant au contenu et à la qualité des pilules. Si on décide malgré tout d'en prendre, mieux vaut commencer par n'en prendre qu'une demi et attendre les effets durant deux heures. · Chill-out! Surtout ne pas en reprendre! Une fois que les effets de la drogue se dissipent, il est indispensable de se reposer et de se détendre - et non de se précipiter sur le premier stimulant venu. · Ne jamais consommer seul! Informer un ami ou une connaissance sur les substances prises, en particulier lors de mélanges. En cas d'urgence, il ou elle pourra aller chercher de l'aide. Quant à l'alcool, il est recommandé de le boire lentement en le dégustant. · Ne jamais conduire une voiture, une moto ou même un vélo après avoir pris de la drogue! La capacité de conduire s'en trouve réduite. De plus, la Loi sur la circulation routière ne connaît que la tolérance zéro en matière de conduite sous l'influence d'une drogue. · A noter enfin que la consommation, l'acquisition et la possession de la plupart des drogues restent punissables.

    Aide et conseil aux ravers Les ravers ayant besoin d'aide ou de conseils trouveront sur place soutien et documentation. En effet, la Consultation pour jeunes de la ville de Zurich Streetwork tiendra un stand d'information entre la Paradeplatz et le Bürkiplatz. Un stand est aussi prévu, dès midi, à la Mainstationparty devant la gare centrale, stand où les consommateurs pourront faire tester leurs pilules et recevoir des conseils. La nuit, Streetwork offrira tests de drogues et information à son stand de la Roten Fabrik. D'autres informations sont disponibles sous www.saferparty.ch.

    Dans son dépliant "Just mix music - don't mix drugs" l'ISPA donne des conseils permettant de réduire les risques liés à la consommation de drogues. Par ailleurs on trouve des informations sur les diverses substances psychoactives ainsi que sur les effets produits par le mélange de plusieurs drogues sous : http://www.ispa.ch/index.php?IDtheme=26&IDcat7visible=1&langue=F

    L'ISPA en bref L'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA) a pour préoccupation première la protection de la santé et pour objectif de prévenir ou de réduire les problèmes découlant de la consommation d'alcool et d'autres substances psychoactives. L'ISPA conçoit et réalise des projets préventifs et est actif dans la politique de la santé et la recherche psychosociale. Organisme privé d'utilité publique, l'ISPA est politiquement indépendant.

    Vous retrouvez ce communiqué de presse sur le site Internet de l'ISPA: www.sfa-ispa.ch

Contact: Information: Monique Helfer Responsable communication de l'ISPA mhelfer@sfa-ispa.ch Tel.: 021 321 29 74



Plus de communiques: Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: