Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

ISPA: Alcool et carnaval - faire la fête sans prendre de risques

Lausanne (ots) - Un peu partout dans le pays, le carnaval va déferler une fois de plus. Si l'on entend, malgré l'ambiance festive, contrôler les risques encourus tout en profitant pleinement du carnaval, il faut éviter de boire trop d'alcool. L'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA) propose des mesures permettant de gérer l'alcool ainsi que des conseils de prévention à l'intention des organisateurs de festivités. Le carnaval ne connaît aucune limite. Faire ainsi généreusement la fête est une longue tradition. Au Moyen-Age, le carnaval se caractérisait par d'opulents repas dans les brasseries et les locaux des cliques, de grandes "bouffes" accompagnées de beaucoup d'alcool ou le pillage des garde-manger. Aujourd'hui, les gens se laissent aller à la fièvre du carnaval de manière encore plus turbulente et libre qu'autrefois. La folie de la fête entraîne notamment des risques d'excès d'alcool, d'intoxication alcoolique, de propension accrue à prendre des risques, d'accidents de la route ou de violences. Comment profiter du carnaval sans encourir ces risques? L'ISPA met l'accent sur les conseils suivants: * Eviter de se laisser entraîner par le rythme de consommation des autres. Finir son verre avant de se faire resservir. * Apaiser la soif en buvant des boissons sans alcool, car ce dernier provoque une déshydratation du corps. * Même en petites quantités, l'alcool est dangereux pour la circulation routière. Le principe est le suivant: quand on a bu, on ne conduit pas; on prend un taxi ou les transports publics. Les organisateurs de festivités permettent à leurs hôtes de rentrer en toute sécurité chez eux lorsqu'ils organisent pour eux un service de taxis ou de bus collectifs. Ne pas se faire tourner en bourrique Dans presque tous les cantons, la loi interdit de servir de l'alcool aux personnes ivres. "La protection de la jeunesse reste en vigueur en période de carnaval", rappelle Jacqueline Sidler, spécialiste de la prévention à l'ISPA. Ainsi, la bière et le vin ne peuvent être remis qu'aux jeunes à partir de 16 ans, les spiritueux, les alcopops qu'à ceux de plus de 18 ans. Le personnel de service peut se référer à l'affichage obligatoire des âges limite de vente et de remise d'alcool. Des bracelets de contrôle sont utiles pour identifier immédiatement l'âge des jeunes; ces bracelets sont proposés par un grand nombre de centres de prévention en Suisse. Les couleurs utilisées dans la signalisation routière ont fait leurs preuves (rouge pour les moins de 16 ans, jaune pour les 16-18 ans et vert pour les plus de 18 ans). Les organisateurs de festivités peuvent contribuer de manière significative à la protection de la jeunesse en formant leur personnel, en le préparant à gérer des situations difficiles et en renonçant à toute publicité pour l'alcool - au sponsoring par exemple. Vous trouverez toutes les informations utiles concernant la consommation et la protection de la jeunesse sur le site Internet de l'ISPA : http://www.sfa-ispa.ch/index.php?IDtheme=189&IDcat8visible=1&langue=F L'ISPA en bref Pour l'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA), la protection de la santé est la préoccupation essentielle. L'ISPA entend donc prévenir ou réduire les problèmes découlant de la consommation d'alcool et d'autres substances psychoactives. L'ISPA conçoit et réalise des projets de prévention, s'engage en faveur de la politique de la santé et de la recherche psychosociale. L'ISPA est une organisation privée d'utilité publique, indépendante des partis politiques. Vous trouverez également ce communiqué de presse sur le site Internet de l'ISPA : http://www.sfa-ispa.ch/index.php?IDtheme=26&IDcat7visible=1&langue=F Contact: Information : Corine Kibora Porte-parole de l'ISPA ckibora@sfa-ispa.ch Tél. 021 321 29 75

Plus de communiques: Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: