Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

La limite de 0,5 pour mille a amélioré la sécurité routière

Un an et demi après l'abaissement de la valeur limite de 0,8 à 0,5 pour mille, un premier bilan s'avère positif: cette nouvelle limite est bien acceptée et les trois quarts des personnes ayant un permis de conduire estiment que cet abaissement a produit des "effets positifs". C'est ce qui ressort d'une enquête représentative réalisée par l'institut d'études de marché amPuls sur mandat de l'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies, du Bureau suisse de prévention des accidents et d'autres commanditaires. Le nombre de personnes grièvement blessées ou tuées dans des accidents liés à l'alcool a effectivement diminué de 14% en une année.

La limite de 0,5 pour mille est en vigueur depuis dix-huit mois sur les routes suisses. Les conducteurs et conductrices qui sont contrôlés avec un taux d'alcool plus élevé doivent s'attendre à une peine de prison et/ou à une amende et à un retrait de permis. Une enquête récente réalisée auprès d'un échantillon représentatif de la population indique que l'abaissement du taux limite a incité les gens à penser autrement et à changer de comportement et que 90% des personnes possédant un permis de conduire connaissent la règle d'un seul verre.

Bon accueil de la part de la population

Le taux d'acceptation de la valeur limite de 0,5 pour mille est très élevé: 85% des personnes interrogées détenant un permis approuvent l'abaissement de 0,8 à 0,5 pour mille et les trois quarts estiment que cet abaissement a eu des "effets positifs", notamment sur la sécurité routière. C'est ce qui ressort d'une enquête auprès d'un échantillon représentatif de 1359 personnes (dont 1058 disposant d'un permis de conduire) en Suisse romande et alémanique. Cette enquête à été réalisée, entre avril et juin, par l'institut d'études de marché amPuls sur mandat de l'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA), du Bureau suisse de prévention des accidents (bpa) et d'autres commanditaires. La réduction de la consommation est le changement de comportement le plus souvent cité par les personnes disposant d'un permis de conduire. Les deux tiers disent appliquer "toujours" ou "la plupart du temps" la règle voulant que l'on consomme au maximum une verre de boisson alcoolique avant de conduire un véhicule. En Suisse alémanique, les personnes qui conduisent sont nettement plus nombreuses (70%) qu'en Suisse romande (52%) à s'en tenir à la règle d'un seul verre. Le taux d'acceptation de l'abaissement de la limite admise à 0,5 pour mille est lui aussi nettement plus faible en Suisse romande.

Une personne sur quatre prend des risques

La baisse de la consommation d'alcool avant de prendre le volant et la gestion généralement plus responsable de l'alcool mises en évidence par cette enquête ont nettement contribué à la sécurité routière. C'est en tout cas ce que laisse entendre la dernière statistique des accidents publiée par l'Office fédéral de la statistique. En 2005, c'est-à-dire après l'introduction du 0,5 pour mille, le nombre de personnes tuées ou grièvement blessées dans des accidents vraisemblablement dus à l'alcool a été inférieur de 14% par rapport à l'année précédente. Le fait qu'un trop grand nombre de personnes continuent à prendre le volant en étant alcoolisées reste cependant problématique. En effet, une personne sur quatre (et même une sur trois en Suisse romande) a indiqué dans le cadre de cette enquête qu'il lui arrivait de trop boire alors qu'elle devait encore conduire.

Information:

Michel Graf Directeur de l'ISPA Tél. 021 321 29  85 mgraf@sfa-ispa.ch

Natalie Rüfenacht Porte-parole du bpa Tél. 031 390 21 16 n.ruefenacht@bfu.ch

Vous trouverez également ce communiqué de presse sur le site Internet de l'ISPA: http://www.sfa-ispa.ch/index.php?IDtheme=26&IDcat7visible=1&langue=F



Plus de communiques: Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: