Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

ISPA-SSN: L'alcool: une source de calories sous-estimée

    Lausanne (ots) - Celui ou celle qui veut affiner sa silhouette avant de retrouver les plaisirs de la plage atteindra plus rapidement son objectif en consommant peu de boissons alcoolisées. En effet, l'alcool non seulement est riche en calories mais il ralentit de surcroît l'élimination des graisses par l'organisme, influence le métabolisme et peut donc faire obstacle à une perte de poids. Un congrès scientifique intitulé "Alcool et alimentation" sera du reste consacré, le 15 juin prochain à Berne, aux divers aspects de cette question

    Les boissons alcoolisées font partie intégrante de l'alimentation d'une majorité de la population suisse. Quelque 80% des personnes de 15 à 74 ans boivent de l'alcool, avec une consommation moyenne, en 2003, de 41 litres de vin, 58 litres de bière et 4 litres de spiritueux par habitant. L'alcool, très riche en calories, influe défavorablement sur le métabolisme, ralentissant l'élimination des graisses et entravant ainsi la diminution du poids excédentaire. Boire deux bières ou trois verres de vin rouge équivaut à absorber autant de calories qu'en mangeant une barre chocolatée (soit environ 250 kcal). Et un alcopop de 3 dl apporte à l'organisme près de 180 kcal. De fait, le vin, le champagne, les alcopops et tous les spiritueux sont nettement plus riches en calories que des boissons sucrées telles que les cola et autres limonades. L'alcool est donc une source de calories fréquemment sous-estimée.

    Bedaine et poignées d'amour

    En plus d'être très calorique, l'alcool influence le métabolisme. Ne pouvant être stocké dans l'organisme, il est immédiatement éliminé. Ce processus retarde d'autant la combustion des graisses, une faible quantité d'alcool suffisant à la réduire d'un bon tiers durant plusieurs heures. Accompagner un copieux repas de vin ou de bière a pour effet qu'une bonne part des graisses contenues dans les aliments n'est pas éliminée mais stockée dans l'organisme, généralement sur les hanches et le ventre. Celui ou celle qui désire réduire son poids ou que menace une surcharge pondérale ferait donc mieux de limiter sa consommation d'alcool et de préférer des jus non sucrés ou des eaux minérales. Etant toutefois entendu que l'activité physique et le type d'alimentation ont une influence déterminante sur le poids.

    Congrès du 15 juin

    Le congrès national "Alcool et alimentation" du 15 juin à Berne sera l'occasion d'aborder cette thématique sous divers angles. Organisée par l'Office fédéral de la santé publique, la Société suisse de nutrition et l'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies, cette manifestation verra des chercheurs, des préventologues et des nutritionnistes traiter des risques et des effets positifs de la consommation d'alcool. Ils expliqueront notamment dans quelle mesure les facteurs génétiques influencent la métabolisation de l'alcool, quand l'alcool est susceptible de rompre l'équilibre alimentaire et quel rôle joue l'alcool dans la gastronomie.

    Vous trouverez le programme détaillé de ce congrès et un talon d'inscription sous http://www.sfa-ispa.ch/AgendaUpload/15juin.pdf Les professionnels des médias sont cordialement invités et nous leur organiserons volontiers un contact avec les conférencières et conférenciers.

ots Originaltext: SFA/ISPA
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Michel Graf
Directeur ISPA
Tél.      +41/(0)21/321'29'69
E-Mail: mgraf@sfa-ispa.ch

Pascale Mühlemann
Société suisse de nutrition
Tél.      +41/(0)31/385'00'03
E-mail: p.muehlemann@sge-ssn.ch

Vous pouvez retrouver ce communiqué sur le site internet de l'ISPA
http://www.sfa-ispa.ch/index.php?IDtheme=26&IDarticle=1148&IDcat7visi
ble=1&langue=F



Plus de communiques: Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: