Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Alcool et mortalité: l'élixir de longue vie n'existe pas

    Lausanne (ots) - S'il est vrai que boire modérément diminue le risque de mortalité lié aux maladies cardiaques - un fait que d'aucuns soulignent volontiers lorsqu'ils portent un toast -, il n'en demeure pas moins que cette "vérité" ne s'applique qu'aux personnes plus âgées et dans des conditions particulières. Une étude réalisée par l'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA), à Lausanne, sur la mortalité générale établit qu'une consommation même minime d'alcool n'aurait aucun effet bénéfique sur la santé des jeunes. La prévention dans ce domaine doit donc s'adresser à des groupes cibles clairement définis.

    Une idée largement répandue veut que boire de l'alcool serait bon pour la santé et permettrait de vivre longtemps. Souvent, d'ailleurs, on trinque en arguant que notre coeur ne s'en portera que mieux. Ce faisant, on omet certains "détails" non négligeables: seule une faible consommation d'alcool contribue à prévenir certaines et non pas toutes les maladies cardiaques, qui ne concernent en outre que les personnes d'un âge avancé. Dans les autres cas, on peut partir du principe que plus la quantité d'alcool ingérée est importante, plus la mortalité est élevée, notamment chez les plus jeunes. Tel est le constat d'une étude menée conjointement par l'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA), à Lausanne, et l'Institut de recherche sur les addictions, à Zurich, à l'issue de laquelle les résultats de 59 études ont été réunies afin de déterminer plus précisément dans quelle mesure la consommation d'alcool rallongerait ou raccourcirait l'espérance de vie.

    A faible consommation d'alcool, longue vie: tout est relatif!

    L'étude a démontré que seules les catégories d'âge supérieures à 45 ans pouvaient escompter vivre plus longtemps en raison de l'effet protecteur bien connu de l'alcool contre les maladies cardiaques. Mais attention: la quantité d'alcool absorbée joue un rôle crucial. Moins d'un verre d'alcool pour les femmes et moins de deux pour les hommes suffisent déjà pour obtenir un impact maximal.

    Quiconque n'a pas atteint l'âge de 45 ans ne diminue nullement son risque de mortalité, aussi faible sa consommation d'alcool soit-elle. Plus on boit, même si la dose quotidienne est minime, plus la probabilité de mourir prématurément est grande. Les principales causes de décès ne sont un secret pour personne: accidents provoqués sous l'emprise de l'alcool, actes de violence et suicides. Considérés sous l'angle de la prévention, ces résultats soulèvent des problèmes éthiques sérieux, comme l'explique le directeur de l'ISPA, Richard Müller: "On peut tout à fait inciter la population à boire modérément afin de réduire le nombre de décès liés à un problème cardiaque, mais si les jeunes prenaient ce conseil au mot, il est prouvé que leur taux de mortalité générale augmenterait. C'est pourquoi les messages véhiculés dans le cadre de la prévention doivent s'adresser à des groupes cibles distincts."

    Source:     Rehm J., Gutjahr E., Gmel, G.:     Alcohol and All-cause Mortality: a Pooled Analysis.     Contemporary Drug Problems 28/cas 2001: 337-361

ots Originaltext: ISPA Lausanne
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
ISPA Lausanne
Gerhard Gmel  
Tél. +41/21/321'29'59



Plus de communiques: Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: