Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Cesser de fumer: plus dur encore pour les femmes

    Lausanne (ots) - En Suisse, la consommation de tabac chez les femmes reste, dans l'ensemble, très répandue, surtout chez les jeunes, où on note même une tendance à la hausse. Ce phénomène s'explique notamment par le fait qu'il est plus difficile d'arrêter de fumer lorsqu'on est une femme, comme le souligne l'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA) en s'appuyant sur des études américaines. La peur de prendre du poids, la tendance à céder plus rapidement à la pression des fumeurs de l'entourage et le manque de soutien de la part du partenaire sont autant d'obstacles qui compliquent la tâche des femmes qui aimeraient arrêter de fumer.

    Comme l'ont montré les résultats des enquêtes sur la santé de la population helvétique réalisées en 1992 et 1997, la proportion de fumeuses n'a pas bougé d'un pouce dans les années nonante; elle se monte toujours à 28%. Chez les jeunes, elle a cependant augmenté de façon dramatique (jusqu'à 40%). Cette tendance inquiétante ne devrait toutefois pas nous faire oublier, comme le relève l'Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies à Lausanne, que plus de 60% des quelque 500 000 femmes dépendantes de la nicotine en Suisse ont déjà songé à arrêter de fumer pour des raisons de santé. Mais lorsqu'elles veulent faire une croix sur le tabac, les femmes se heurtent à des difficultés spécifiques, comme en témoigne le rapport publié récemment par le Ministère américain de la santé sous le titre "Women and Smoking. A Report of the Surgeon General - 2001".

    Quand les femmes ne veulent plus fumer

    D'après le rapport en question, il y a, d'une manière générale, autant de femmes que d'hommes qui réussissent à arrêter de fumer. Mais d'après les conclusions de la faculté de médecine de l'Université de Pittsburgh, les femmes se heurtent à quelques obstacles supplémentaires lorsqu'elles tentent de s'affranchir de la cigarette. Des obstacles qu'il leur sera plus facile de surmonter si elles les connaissent. Abstraction faite de quelques facteurs manifestement liés à la biologie féminine qui font que certains médicaments utilisés pour la désaccoutumance tabagique sont moins efficaces que chez les hommes, les obstacles sont surtout d'ordre psychique. Les chercheurs américains ont notamment retenu la peur de prendre du poids et une plus grande disposition à céder aux pressions extérieures durant leurs tentatives pour arrêter de fumer. Cela dit, plutôt que d'abuser des stéréotypes d'une personnalité féminine facilement influençable et obsédée par sa ligne, relevons surtout le fait que le manque de soutien moral de la part du partenaire masculin est l'un des autres grands facteurs qui ne facilitent pas la tâche des femmes.

    Sources:     Women and Smoking: A report of the Surgeon General - 2001 (www.cdc.gov/tobacco)

    KA Perkins, Smoking Cessation in Women: Special considerations. CNS Drugs 2001, 15,5: 391-411

ots Originaltext: SFA
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Secrétariat Prévention et Information
Tel. +41 21 321 29 76
ISPA-Information, septembre 20012



Plus de communiques: Sucht Schweiz / Addiction Suisse / Dipendenze Svizzera

Ces informations peuvent également vous intéresser: