Bundesamt für Justiz

BJ: Attentat à l’explosif perpétré contre le siège de l’association AMIA: pas de trace de compte bancaire à Genève Remise à l’ambassade d’Argentine des documents saisis au titre de l’entraide judiciaire

(ots) - Berne, le 13.07.2004. Dans l’affaire Menem aucun compte bancaire en rapport avec l’attentat à l’explosif perpétré contre le siège de l’association israélite AMIA, à Buenos Aires, n’a été découvert à Genève. C’est ce qui ressort des documents produits au titre de l’entraide judiciaire, qui ont été remis aujourd’hui à l’Ambassade d’Argentine à Berne. Dans le cadre des investigations qu’elles mènent à propos de l’attentat à l’explosif perpétré en 1994 contre le siège de l’Association israélite AMIA, à Buenos Aires, attentat qui avait fait 86 morts et des centaines de blessés, les autorités argentines tablent sur plusieurs hypothèses. Selon l’une d’entre elles, 10 millions de dollars US auraient été virés par les iraniens en faveur de Carlos Menem sur un compte bancaire de la place de Genève, en échange de quoi Menem, alors chef de l’Etat, aurait nié toute responsabilité de l’Iran dans l’attentat en question. Cela étant, les autorités argentines ont demandé à la Suisse d’enquêter afin d’établir si Menem et des représentants de la République islamique d’Iran détenaient ou avaient détenu des comptes dans une banque genevoise citée par un témoin, ainsi que de leur remettre les documents bancaires pertinents. La banque a été identifiée. En revanche, pas de trace de compte. C’est à trois reprises, mais en vain, que la juge d’instruction genevoise chargée de l’exécution de la demande d’entraide judiciaire a cité le témoin à comparaître à Genève. Toutefois, suite à une commission rogatoire, cette personne a été entendue en Allemagne et sa déposition a permis d’identifier un établissement bancaire genevois. Pourtant, ni les recherches menées auprès de cette banque ni d’autres investigations n’ont permis de découvrir des comptes appartenant ou ayant appartenu à Menem et aux autres personnes mentionnées dans la demande d’entraide judiciaire. Les autorités compétentes suisses n’en sont pas moins prêtes à poursuivre leurs investigations à la lumière de tout élément nouveau qui serait porté à leur connaissance. Transmission de documents également dans l’affaire des exportations illégales d’armes Par ailleurs, dans l’affaire des exportations illégales d’armes vers l’Equateur et la Croatie, des progrès ont été enregistrés. Grâce à la clarification opérée lors de la rencontre qui a eu lieu en Suisse avec les juges argentins concernés et aux informations complémentaires fournies par l’Argentine, la Suisse a été en mesure de remettre, à la mi-mai, à l’Ambassade d’Argentine à Berne de nouveaux documents au titre de l’entraide judiciaire. Renseignements supplémentaires: Mme Christine Junod, Juge d’instruction, Pouvoir judiciaire du canton de Genève, Tel. 022 / 327 26 11

Ces informations peuvent également vous intéresser: