Bundesamt für Gesundheit

BAG: BAG: La séropositivité ne devrait pas faire obstacle à une assurance-vie

      (ots) - Les résultats de la nouvelle étude financée par le Fonds
National Suisse de la Recherche le prouvent: les personnes
séropositives qui suivent un traitement médical avec succès ne
présentent pas un taux de mortalité plus élevé que les patients
guéris d’un cancer. Pourtant, elles sont victimes de discrimination
lorsqu’elles souhaitent contracter une assurance-vie. La Commission
fédérale pour les problèmes liés au sida (CFS) plaide pour un
changement de cette pratique, en faveur des personnes concernées.

    Imaginons que vous tenez un salon de coiffure. La maison dans laquelle se tient votre salon est à vendre. Si cette dernière venait à être achetée, vous vous trouveriez sous la menace d’une résiliation de bail pour le local qui assure votre existence. C’est pourquoi vous souhaitez acheter la maison dans laquelle se trouve votre salon de coiffure. Vous pouvez en tout temps, en guise de garantie supplémentaire pour votre banque, contracter une assurance- vie d’un montant de 500'000.- frs. A condition que vous soyez séronégatif. Si vous êtes séropositif, vous ne pouvez pas contracter une telle assurance. En Suisse, comme dans tous les autres pays européens de l’ouest et aux Etats-Unis, les assurances refusent les personnes séropositives, parce qu’elles présentent un risque trop élevé. Cette assertion repose sur les taux de mortalité élevée des années quatre-vingt et du début des années nonante. La situation actuelle est différente. Depuis 1996, il existe des médicaments efficaces. La durée de vie des personnes séropositives s’en est trouvée considérablement allongée.

    Dans le cadre de la cohorte suisse VIH (Swiss HIV cohort study), comprenant 12'000 personnes séropositives vivant en Suisse et financée par le Fonds National Suisse, on a analysé la mortalité de ces personnes pour la comparer avec celle de la population suisse en général. La renommée revue scientifique « The Lancet » a récemment publié les résultats de cette étude. Il en ressort que la mortalité des personnes séropositives traitées avec succès et qui ne souffrent pas de l’hépatite C n’est pas beaucoup plus élevée que celle de la population générale : pour une population de 300 personnes, on s’attend à un décès de plus par an. Cela correspond à peu de choses près au taux de mortalité des patients ayant subi un traitement contre le cancer et considérés comme guéris, ou encore à celui des fumeurs comparés à celui des non-fumeurs.

Au contraire des personnes séropositives, les patients guéris d’un cancer ou les fumeurs peuvent contracter une assurance-vie. C’est pourquoi il faut espérer que cela sera possible également, à l’avenir, pour les personnes séropositives – en particulier pour celles qui peuvent exercer une activité professionnelle grâce au traitement médical. Il n’est plus justifié d’exclure en bloc toutes les personnes séropositives des assurances-vie. Christian Jaggy1, Jan von Overbeck1,2, Bruno Ledergerber2, Claude Schwarz1, Mathias Egger11, Martin Rickenbach4, Hans-Jakob Furrer5, Amalio Telenti6, Manuel Battegay7, Markus Flepp2, Pietro Vernazza8, Enos Bernasconi9, Bernard Hirschel10*, and the Swiss HIV Cohort Study. Closing the Gap: Comparison of Mortality in the Swiss HIV Cohort Study (SHCS) and the Swiss Reference Population 1Swiss Re, Zurich; Divisions of Infectious Diseases, 2Zurich, 5Bern, 6Lausanne, 7Basel, 8St. Gallen, 9Lugano, 10Geneva; 4Data Center SHCS, Switzerland, 11Institute for Social and Preventive Medicine, Bern, Switzerland. The Lancet, 13. September 2003 Personnes à contacter pour de plus amples renseignements: Prof. B. Hirschel Division des maladies infectieuses Hôpital cantonal de Genève CH-1211 Genève Téléphone 41 22 372 98 12 FAX 41 22 372 98 20 E-mail: bernard.hirschel@hcuge.ch

Bernasconi Enos, MD Président, Commission fédérale pour les problèmes liés au sida (CFS) Ospedale Civico CH-6900 Lugano Téléphone:  41 91 811 60 21 (direct) FAX  41 91 811 60 31 E-mail: enbernasconi@tinet.ch Homepage: www.ekaf.ch



Plus de communiques: Bundesamt für Gesundheit

Ces informations peuvent également vous intéresser: